CENTRALE DE GOLFECH : CH. BONFANTI-DOSSAT NE VEUT PAS QUE « DE NOUVEAUX LUBRIZOL ÉCLATENT »

La sénatrice de Lot-et-Garonne a souhaité interpeller la ministre É. Borne. « Il serait particulièrement irresponsable et inconséquent d’attendre que de nouveaux ‘’Lubrizol’’ éclatent sur les divers sites répertoriés, mettant en péril de nombreux environnements locaux ». L’extrait est tiré d’un courrier, daté du 22 juin, adressé à Élisabeth Borne par Christine Bonfanti-Dossat. La sénatrice du Lot-et-Garonne, rapporteur de la commission d’enquête de l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen, a souhaité interpeller la ministre de la transition écologique et solidaire sur « les ambitions du Gouvernement en matière de sécurisation des 19 centrales nucléaires de notre pays, notamment le site de Golfech, au cœur de toutes les vigilances désormais ».

Dans sa missive, Christine Bonfanti-Dossat évoque le récent rapport de l’autorité de sûreté nucléaire sur la sûreté de la centrale de Golfech en Tarn-et-Garonne. L’ASN, rappelle la sénatrice, pointe « des déficiences dans la mise en œuvre des opérations d’exploitation des réacteurs et un manque de rigueur systémique dans l’enregistrement et la traçabilité des activités relatives à la maintenance des installations ». Elle indique que « les failles sont connues : depuis 5 ans, plus de la moitié du personnel de la centrale a été renouvelée et EDF fait appel en masse aux prestataires extérieurs. L’expertise requise sur de tels sites demande du temps et un tel renouvellement rapide du personnel, agrégé aux prestataires extérieurs, nuit gravement à l’ingénierie mobilisable et par conséquent à la sûreté globale de la centrale ».

Publié le 25/06/2020 à 16h55, mis à jour le 25/06/2020 à 17h06

https://www.petitbleu.fr/2020/06/25/centrale-de-golfech-ch-bonfanti-dossat-ne-veut-pas-que-de-nouveaux-lubrizol-eclatent,8949346.php