LA FRANCE VISE UNE ALLIANCE AVEC L’ALLEMAGNE DANS L’HYDROGÈNE… MAIS NE COMPTE PAS ABANDONNER LE NUCLÉAIRE

Le plan de relance de l’économie française inclura des éléments de développement dans l’hydrogène dans le cadre d’un partenariat avec l’Allemagne, a annoncé mardi 30 juin Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances.

Alors que la France s’est fixé en 2018 l’objectif d’un financement régulier de 100 millions d’euros par an en faveur de l’hydrogène, l’Allemagne a annoncé en juin 2020 qu’elle prévoyait d’investir 9 milliards dans cette molécule, qui peut être utilisée pour la production ou le stockage d’énergie et qui, produite à partir d’énergies renouvelables, est neutre en carbone. (NDLR : à ce rythme, il nous faudra 90 ans pour investir la même somme !!)

Découvrez ici notre grand dossier consacré à l’hydrogène

« Tout le monde me dit ‘il faut développer l’hydrogène’, j’y suis très favorable. Dans le plan de relance, il y aura aussi des éléments très forts pour développer la filière de l’hydrogène et nous le ferons en liaison avec l’Allemagne, dans un partenariat avec l’Allemagne« , a déclaré mardi 30 juin le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire sur BFM TV.

Sur le même thème: Comment l’Allemagne veut devenir le numéro 1 des technologies de l’hydrogène

Défendre aussi l’énergie nucléaire

Évoquant la possibilité que la France produise son propre « hydrogène propre » à partir de son électricité nucléaire, le ministre a en outre réaffirmé que celle-ci gardait « toute sa pertinence » sur le long terme.

« Je suis un défenseur du nucléaire. Comme beaucoup de scientifiques beaucoup plus chevronnés que moi le sont parce que le nucléaire n’émet pas de CO2 et qu’aujourd’hui (il) a deux avantages : (il) nous permet d’être l’un des pays qui émet le moins de CO2 pour sa production d’électricité et ça nous garantit quelque chose dont tout le monde parle matin midi et soir, ça nous garantit notre indépendance« , a-t-il dit. (NDLR : depuis 2001, la France n’a plus de mines d’uranium et est obligée de l’importer. Où est notre indépendance ?)

Alors qu’EDF vient de déconnecter du réseau national la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), doyenne du parc nucléaire français, Bruno Le Maire a également redit que le gouvernement ne prendrait de décision sur la construction de nouveaux réacteurs de type EPR que lorsque celui de Flamanville (Manche) entrerait en activité.

Retrouvez ici notre dossier complet sur l’après-Fessenheim

Le ministre a rappelé au passage son souhait que les délais de l’EPR de Flamanville « soient tenus« , la mise en service du réacteur étant aujourd’hui prévue fin 2022 après de multiples retards et dépassements de budget.

Sur le même thème: EDF repousse de cinq mois le redémarrage de la centrale nucléaire de Flamanville

Par Benjamin Mallet, (avec Reuters), édité par Blandine Hénault, publié le 30/06/2020 à 09h32, mis à jour le 30/06/2020 à 15h56

https://www.usinenouvelle.com/article/la-france-vise-une-alliance-avec-l-allemagne-dans-l-hydrogene-mais-ne-compte-pas-abandonner-le-nucleaire.N980906