BRÛLER DE L’INTÉRIEUR

«Nous sommes dans une situation de risque de guerre nucléaire plus élevé que pendant la guerre froide». C’est le constat brossé début juin par Marc Finaud, ancien diplomate français rattaché au Centre de politique de sécurité de Genève, dans l’émission Géopolitis de la RTS.

En pleine crise sanitaire, les États-Unis, la Corée du Nord et Israël se sont distingués par de nouveaux tests de missiles. Selon cet expert, les dernières innovations militaires ont mis à mal la stratégie de la dissuasion nucléaire. Plus rapides et plus précis, les missiles peuvent désormais être utilisés dans une bataille nucléaire. «Le but n’est plus de les garder à titre préventif, mais bien de les employer». Qui plus est, plusieurs traités internationaux qui avaient permis de contrôler et de limiter la taille des arsenaux nucléaires depuis la guerre froide sont abandonnés, ou menacés de l’être, par Donald Trump.

«Il faut interdire la guerre», me disait en 1986, avec une touchante conviction, le deuxième secrétaire de l’ambassade d’URSS à Berne. J’étais alors journaliste à Radio Suisse Internationale et nous assistions à un dangereux retour de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest. Vladimir de son prénom, gorbatchévien convaincu, estimait que la course aux euromissiles, avec les SS-20 du côté soviétique et les Pershing II du côté américain, ruinait son pays et mettait l’humanité en grand danger. À l’époque, j’avais de la peine à le convaincre qu’interdire la guerre était un acte aussi honorable que vain. «Si l’on supprimait toutes les armes de la Terre, il y aurait toujours des cinglés pour en concevoir de nouvelles et imposer leur pouvoir. C’est bien la nature humaine qui doit être pacifiée», lui disais-je. Et Vladimir de me considérer comme «un doux rêveur».

En fait, nos deux approches sont complémentaires. Les interdictions du droit international sont des garde-fous nécessaires pour contenir la violence tapie dans l’être humain. Mais une paix durable est impossible sans une démarche spirituelle de profonde pacification intérieure. Laquelle, tout le contraire d’un bisounours, est un ardent combat de tous les jours. Comme l’écrivait le jésuite Pierre Teilhard de Chardin, «la paix n’est pas le contraire de la guerre, elle est la guerre portée plus haut et au-delà d’elle-même dans la conquête du transhumain». L’homme moderne est tenté par le feu nucléaire qui embrase tout de l’extérieur car il n’a pas encore fait l’expérience du feu de l’amour christique qui embrase tout de l’intérieur. Il est encore temps pour lui de déclencher la mise à feu qui le sauvera. (Publié dans l’Écho Magazine du 1er juillet 2020)

Par Philippe Le Bé, publié le 5 juillet 2020

https://blogs.letemps.ch/philippe-le-be/2020/07/05/feu-nucleaire/

NDLR : l’amour christique ne concerne que ceux qui croient au Christ (une minorité d’êtres humains). Je préfèrerai en conclusion de cet article qu’on parle de l’amour de l’autre simplement parce qu’il est un être humain ce qui est une notion universelle qui devrait convenir à tout le monde. Pas besoin d’être croyant pour être pacifique, les guerres de religions de tous temps le prouvent.