BUGEY: UNE INSTALLATION DE DÉCHETS NUCLÉAIRES SANS AUTORISATION ?

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) s’apprête à autoriser en catimini la mise en service de l’installation de Conditionnement et d’Entreposage de Déchets Activés (ICEDA) construite sur le site de la centrale nucléaire du Bugey, à 35 km du centre de Lyon, dans l’Ain.

Pour respecter formellement ses obligations légales, de transparence et d’information du public, l’ASN a mis en ligne début juin sur son site internet le dossier de sûreté présenté par EDF et les deux projets de décision qui concernent la mise en service et les conditions d’exploitation de l’installation. Mais le « public » n’a la possibilité de déposer des commentaires sur ces projets que jusqu’au1er juillet 2020, ce qui est extrêmement court compte-tenu des enjeux de cette installation pour la population. Et surtout comment le « public » qui n’a pas été informé de la consultation et qui n’est pas a priori spécialiste des questions de déchets nucléaires, pourrait-il se prononcer sur les projets de décisions de l’ASN qui découlent de l’examen d’un document technique de 2 000 pages présenté par EDF ?

En réalité, c’est un simulacre de consultation qu’organise l’ASN. Aucune publicité n’a été faite pour informer le public. Aucune analyse, ni synthèse du dossier d’EDF, n’est présentée par l’ASN. Et que dire de l’autorité et de l’indépendance de l’ASN qui, tout en sachant que des exigences de sûreté ne sont pas respectées par EDF, autorise néanmoins la mise en service de l’installation ? À tout le moins, c’est une décision bâclée que s’apprête à prendre l’ASN. Elle indique, par exemple, dans son projet de décision, qu’aucun seuil ni moyen de détection de radioactivité n’est prévu sur l’installation pour permettre de détecter une anomalie (rejet au-delà de ce qui est autorisé) et de déclencher les mesures adaptées à la situation. L’ASN se déconsidère en remettant à plus tard, c’est-à-dire après la mise en service, la correction de ce grave défaut.

Il faut noter à ce propos que le site nucléaire du Bugey est situé à quelques dizaines de kilomètres en amont de l’agglomération lyonnaise, au bord du Rhône, en zone inondable et sous la menace d’une possible rupture de barrage, notamment celui de Vouglans sur l’Ain dont les fragilités sont connues de tous les spécialistes. Mais même avec un dossier qui serait conforme aux exigences de l’ASN, cette installation ne doit pas être autorisée. En effet, son fonctionnement va conduire à diffuser dans l’environnement de la radioactivité issue des déchets produits par le fonctionnement courant des réacteurs nucléaires et par le démantèlement des réacteurs définitivement arrêtés. La contamination radioactive de l’environnement, par le fonctionnement de l’ICEDA, va accroître la contamination de la région autour du site nucléaire du Bugey et provoquer des décès prématurés et des maladies radio-induites supplémentaires.

Pourquoi faudrait-il d’ailleurs concentrer et déconfiner ces déchets, qui doivent arriver à l’ICEDA par de nombreux convois ferroviaires et routiers, alors qu’ils étaient a priori convenablement confinés sur leurs sites d’origine ? La réponse est simple : EDF veut désengorger les piscines de refroidissement des « combustibles usés », situées à proximité des réacteurs nucléaires et dans lesquelles est stockée actuellement une partie des déchets d’exploitation. Pour EDF, il s’agit de faire de la place pour de nouveaux « combustibles usés » que produiront les réacteurs s’ils continuent à fonctionner. C’est ainsi que l’ASN, malgré les nombreuses anomalies que comporte le dossier et sans doute sous la pression d’EDF, s’apprête à autoriser la mise en service d’une installation dont le décret d’autorisation est d’autre part périmé depuis fin avril. Ce n’est pas acceptable de menacer ainsi la vie et la santé des habitants à qui l’on n’a jamais demandé leur avis sur la construction des installations nucléaires à l’origine des déchets et des contaminations radioactives.

La Coordination Stop-Bugey demande donc l’abandon d’ICEDA, l’arrêt de la production des déchets nucléaires et l’arrêt des réacteurs nucléaires au Bugey et ailleurs. C’est la seule manière de garantir la sûreté des habitants.

Pour les associations de la coordination Stop Bugey (*) : Joël GUERRY

Contacts :

Joël Guerry: 06 49 45 57 44,

Jean-Pierre Collet: 06 81 09 75 87,

François Vallet: 06 37 88 36 41

(*) Sortir Du Nucléaire Bugey, Rhône-Alpes Sans Nucléaire, Sortir Du Nucléaire 38, Acte (Association Chalonnaise pour une Transition Écologique).

Publié le 6 juillet 2020

http://www.stop-bugey.org/wp-content/uploads/2020/07/CP-ICEDA-06-07-2020.pdf