ÉLECTRICITÉ VERTE : EST-CE VRAIMENT PLUS ÉCOLOGIQUE ?

Les offres vertes sont très nombreuses sur le marché de l’électricité dans l’Hexagone. Selon le journal le Monde, plus de 70% des offres proposées étaient des offres d’électricité « renouvelable », en 2019. Pour autant 70% du mix énergétique français est dominé par l’atome. Comment expliquer ces chiffres ? Que valent les offres d’électricité verte ? Selectra fait le point.

L’électricité verte, qu’est-ce que c’est ? 

L’électricité verte est une électricité produite à partir de sources d’énergies renouvelables comme :

Elle est moins polluante que les énergies fossiles comme le gaz, le fioul ou le charbon. En effet, l’électricité verte rejette moins de CO², principal gaz à effet de serre. En revanche, elle n’émet pas forcément moins de dioxyde de carbone que l’énergie nucléaire. Ses deux principaux atouts vis à vis de l’atome sont :

  • La non-production de déchets radioactifs et potentiellement dangereux sur le long terme ;
  • Une compétitivité économique puisque les coûts liés au nucléaire montent quand ceux des énergies vertes ne font que diminuer.

Sur ce dernier point, c’est ce qu’affirme la Banque Lazard dans son rapport « Levelized Cost Of Energy 2019 ». Selon elle, sans subvention, le prix de production d’un MWh d’énergie nucléaire revient à 155$ contre 40$ pour 1MWh d’énergie solaire.

Offre verte : consomme-t-on réellement de l’énergie renouvelable ?

Aujourd’hui, en France, si de nombreux fournisseurs proposent des offres « renouvelables« , seule « 5% de la consommation française sont sur des offres d’électricité verte » selon Julien Chardon, le fondateur d’Ilek, un fournisseur engagé dans la transition énergétique. Comment ces consommateurs peuvent-ils assurer la traçabilité de l’énergie ? Grâce au mécanisme des garanties d’origine mis en place dans toute l’Union européenne. Explications.

Le fonctionnement des garanties d’origine

Les garanties d’origine (GO) sont des documents permettant de certifier la provenance d’un MWH d’électricité verte. Le principe est le suivant : pour un MWh consommé, un MWh d’électricité d’origine renouvelable est injecté sur le réseau. Les fournisseurs, qui achètent une certaine quantité d’électricité, achètent en parallèle des garanties d’origine. Cela est faisable de deux manières pour le fournisseur :

  • Se procurer auprès d’un même producteur en électricité verte et GO (Garanties d’Origine) ;
  • Acquérir de l’électricité grise d’un côté, nucléaire par exemple, et de l’autre une garantie d’origine correspondant au même volume.

C’est pourquoi, la souscription d’une offre verte ne veut pas dire que le consommateur reçoit de l’énergie propre chez lui. En effet, il n’est pas possible de faire la différence entre un électron nucléaire, vert, d’origine fossile, etc. Pour garantir l’arrivée d’électricité uniquement renouvelable, il faudrait construire un réseau parallèle n’acceptant que les producteurs d’énergie verte, soit un chantier impossible. En somme, la seule certitude qu’a le client avec son offre verte est qu’il finance le développement des énergies renouvelables en Europe.

« On ne change pas le réseau, les tuyaux, on ne va pas débrancher un tuyau pour vous en mettre un autre, à partir d’une source renouvelable. On utilise le réseau public, comme l’ensemble des autres fournisseurs. La différence étant que quand vous achetez de l’électricité verte ou du gaz vert, on va s’assurer qu’on a un contrat direct d’achat de cette énergie en amont, et il y a un tiers qui va comptabiliser l’énergie injectée dans le réseau puis commercialisée auprès de l’ensemble de nos consommateurs. »

Julien Chardon, cofondateur d’Ilek

Offres « standard » et offres « premium » : quelles différences ?

Le fonctionnement des garanties d’origine n’était pas forcément facile à comprendre pour tous les consommateurs. Par volonté de transparence, l’Ademe s’est donc positionnée pour distinguer deux types d’offres vertes : les offres « standard » et les offres « premium« .

Les offres standard sont « les plus courantes, les fournisseurs achètent séparément l’électricité et les GO ». À l’inverse, selon l’Ademe, les offres premium témoignent d’un engagement plus fort de l’opérateur qui achète au même producteur l’électricité et la GO.

« Quelques fournisseurs ont une démarche plus poussée et proposent des offres impliquant l‘achat conjoint de l’électricité et des GO auprès des mêmes producteurs (en majorité de petites installations d’hydroélectricité françaises). »
Ademe 2018.

Dans l’avis rendu par l’Ademe en 2018, seuls quatre fournisseurs témoignaient d’une électricité « premium« . Il s’agissait de :

Bon à savoir : Pour départager les offres, l’ONG Greenpeace propose chaque année un classement des fournisseurs d’électricité verte. Les lauréats du classement 2020 sont Enercoop et Planète Oui ex-aequo.

Consommer vert est-ce plus cher ?

Pas forcément ! En effet, les Français ne seraient pas toujours enclins à choisir l’énergie verte s’ils devaient payer plus. Les fournisseurs d’électricité verte l’ont bien compris. Ils tentent de séduire les consommateurs en proposant des prix identiques au Tarif Bleu d’EDF ou moins chers. C’est, par exemple, le cas d’Ilek qui fait preuve d’un prix du kWh légèrement inférieur au tarif réglementé de vente (TRV) ou encore de Mint Energie qui assure jusqu’à 17% de remise sur le prix du kWh par rapport au TRV. Il est donc possible de faire baisser sa facture d’électricité en consommant plus responsable.

« On cherche toujours à être le moins cher pour donner accès au plus grand nombre à une solution d’électricité renouvelable. » (Kaled Zourray, PDG de Mint Energie)

Publié le 13 juillet 2020

https://selectra.info/energie/actualites/marche/electricite-verte-plus-ecologique

NDLR : pour mémoire, Nucléaire Infos est alimenté par Enercoop qui est une coopérative à laquelle vous pouvez adhérer.