NIKOL PASHINYAN : « LA MENACE DE L’AZERBAÏDJAN DE BOMBARDER LA CENTRALE NUCLÉAIRE ARMÉNIENNE EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ »

Le Premier ministre Nikol Pashinyan s’est rendu samedi 18 juillet 2020 au ministère de la Défense où il a rencontré les dirigeants du ministère de la Défense et des Forces armées, dirigés par le ministre de la Défense David Tonoyan et le chef d’état-major général des forces armées, le lieutenant-général Onik Gasparyan. Le ministre des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanyan a assisté à la réunion.

S’adressant à la réunion, le Premier ministre Nikol Pashinyan a déclaré que le but de la réunion était de discuter de la situation opérationnelle à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Auparavant, il a noté que la situation militaro-politique dans la région était devenue tendue en raison de l’agression de l’Azerbaïdjan contre le territoire souverain de la République d’Arménie.

Le Premier ministre a rappelé que dimanche dernier, le 12 juillet, les forces armées azerbaïdjanaises avaient lancé une attaque pour occuper la position frontalière « Anvakh » des forces armées arméniennes. « Pour bien comprendre la situation, il convient de noter que cette position est située de notre côté de la frontière, sur le territoire souverain de la République d’Arménie, et les actions de l’Azerbaïdjan ne peuvent être décrites que comme une agression », a-t-il déclaré.

Dans le même temps, a-t-il noté, les forces armées azerbaïdjanaises ont pris pour cible les villages de Movses, Aygepar, Chinari, Nerkin Karmiraghbyur dans la région du Tavush avec des tirs d’artillerie et des drones, causant des dommages importants aux infrastructures civiles et aux habitations.

« Nous avons des preuves – des données factuelles – que les forces armées azerbaïdjanaises ont déployé de l’artillerie et des véhicules blindés entre les maisons et dans les cours du village d’Aghdam devant Chinari. C’est à partir de là que nos villages ont été ciblés afin de présenter nos actions de représailles comme une attaque contre la population civile », a déclaré Nikol Pashinyan.

« Il est très important de souligner le sens et le contexte des événements qui se déroulent, car les actions offensives des forces armées azerbaïdjanaises doivent avoir une explication ; il est donc important de répondre à la question suivante : que veulent faire les dirigeants militaro-politiques de l’Azerbaïdjan et pourquoi ? », a-t-il ajouté.

Ces derniers mois, a déclaré le Premier ministre, la rhétorique militaire de longue date du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev s’est intensifiée. Il menace de résoudre le conflit du Karabagh par la force de manière plus agressive, démontrant ouvertement son intention d’interrompre les pourparlers dans le cadre de la présidence du Groupe de Minsk de l’OSCE.

« Dans ce contexte, il développait la thèse sur la force et l’invincibilité de l’armée azerbaïdjanaise, essayant de justifier l’échec des milliards de dollars dépensés sous prétexte du développement de l’armée vers le bien-être du peuple azerbaïdjanais depuis un an et demi », a noté Nikol Pashinyan.

« Les dirigeants militaro-politiques de l’Azerbaïdjan ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils attendaient un ordre d’Ilham Aliyev afin de résoudre le conflit du Karabagh par des moyens militaires. Cette rhétorique continue devait avoir une certaine explication. Naturellement, dans le contexte des déclarations agressives des dirigeants militaro-politiques de l’Azerbaïdjan, la vigilance et l’attention de l’Armée de défense d’Artsakh auraient dû être doublées. Par conséquent, l’Azerbaïdjan a décidé de frapper dans la direction que nous attendions le moins », a-t-il ajouté.

Selon le Premier ministre « il y avait un seul objectif : matérialiser le mythe de l’invincibilité de l’armée azerbaïdjanaise avec un coup inattendu, écraser les positions morales et psychologiques de la partie arménienne avec un succès militaire et attaquer la République d’Artsakh dans cette situation. »

« Les forces armées de la République d’Arménie ont cependant fait preuve d’un niveau de préparation au combat exceptionnellement élevé, garantissant non seulement l’inviolabilité des frontières de l’Arménie, mais brisant également le mythe construit par le président sortant de l’Azerbaïdjan pendant une décennie et demie à propos de la l’efficacité au combat de l’armée azerbaïdjanaise », a-t-il souligné.

Dans le même temps, a-t-il ajouté, avec ces actions, l’Azerbaïdjan a causé des dommages importants aux pays avec lesquels il a une coopération militaro-technique étendue, car au cours de la semaine dernière, nos forces armées ont endommagé des armes, qui sont considérées comme invulnérables dans le monde entier.

« La plus grande surprise dans cette histoire, cependant, est l’attitude méprisante des dirigeants militaro-politiques de l’Azerbaïdjan à l’égard de la vie de ses propres soldats, qui sont envoyés à une mort prévisible même lorsque la tâche qui leur est assignée est clairement irréalisable », a-t-il ajouté.

« La provocation entreprise par les dirigeants politico-militaires de l’Azerbaïdjan a également un contexte géopolitique beaucoup plus large. La propagande azerbaïdjanaise, pour tenter de dissimuler son propre échec, a commencé à développer une thèse selon laquelle les forces armées arméniennes sont positionnées pour perturber et détruire les infrastructures énergétiques internationales originaires d’Azerbaïdjan. Ceci est fait pour présenter l’Arménie comme une menace mondiale », a poursuivi Nikol Pashinyan.

« Mais la preuve la plus importante de l’absurdité de cette idée est que l’Arménie avait théoriquement eu l’occasion de prendre une telle mesure avant même les événements de la semaine dernière. Mais elle n’a jamais eu un tel objectif ; cela n’a jamais été à notre ordre du jour politique, nous n’avons jamais cherché à créer des instabilités économiques, politiques, militaro-politiques ou sécuritaires dans la région et dans le monde », a-t-il déclaré.

« Notre tâche est de garantir notre souveraineté, nos frontières, la sécurité de notre pays et de notre peuple, et de promouvoir la sécurité mondiale. Il est devenu clair ces derniers jours que l’Azerbaïdjan constitue une menace non seulement pour l’Arménie, mais aussi pour la sécurité mondiale. Un responsable azerbaïdjanais a déclaré il y a quelques jours que son pays pourrait lancer une attaque de missiles sur la centrale nucléaire de Metsamor », a ajouté Nikol Pashinyan.

Il a souligné que l’Arménie est capable d’assurer sa propre sécurité, y compris la centrale nucléaire de Metsamor, mais c’est une déclaration qui devrait être considérée sans équivoque comme un crime contre l’humanité, car une telle action constitue une menace de commettre un acte de terrorisme contre l’humanité, elle devrait recevoir une réponse internationale appropriée et une enquête. « Quant aux prochaines étapes, le Premier ministre a déclaré : « Nous devons tous sortir du cercle vicieux des simples déclarations sur les violations du cessez-le-feu : un système international de surveillance fiable du cessez-le-feu doit être mis en place. » Et ensuite, les négociations tenues sous la forme de coprésidence du Groupe de Minsk de l’OSCE devraient être poursuivies et l’Azerbaïdjan devrait enfin adopter une position constructive« , a-t-il ajouté.

Enfin, le Premier ministre Nikol Pashinyan s’est déclaré satisfait de la grande efficacité des forces armées arméniennes et a déclaré « que la politique de développement de l’armée du gouvernement, y compris le développement du complexe militaro-industriel, se justifiait pleinement. Il ne fait aucun doute que nous continuerons dans cette voie. Comme je l’ai dit à maintes reprises, le développement de nos forces armées n’est pas une priorité pour nous, mais la priorité des priorités. »

« Et je voudrais aborder une question cruciale que nous avons soulevée dans ce contexte, à savoir le retour à l’état de l’argent mal gagné obtenu grâce à la corruption et l’investissement de cet argent pour le développement des forces armées arméniennes. Cet objectif n’a pas encore été pleinement atteint. Mais nous resterons sur cette voie : des mécanismes juridiques spécifiques ont déjà été mis en place à cet effet, qui entreront en vigueur dans un proche avenir », a-t-il conclu.

Par Stéphane, publié le dimanche 19 juillet 2020

https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=58927