FINISTÈRE. POUR SENSIBILISER CONTRE L’ARME NUCLÉAIRE, ILS METTENT SUR PIED UNE CARAVANE DE LA PAIX

Quinze associations se sont réunies depuis 2017 au sein du Collectif pour l’interdiction des armes nucléaires dans le département. Elles veulent mobiliser l’opinion publique pour que la France abandonne l’armement nucléaire.

Le Collectif pour l’interdiction des armes nucléaires dans le Finistère (Cian 29) comprend une quinzaine d’associations. Leur but est de mobiliser l’opinion pour que la France s’aligne sur les décisions internationales. « Nous n’avons jamais rencontré de personnes favorables à l’arme nucléaire », annonce Catherine Flageul, membre du Parti communiste français (PCF).

« Investir autrement les dépenses »

En cette période de pandémie, le collectif souhaiterait que les dépenses consacrées à l’armement nucléaire soient investies ailleurs, par exemple dans « le domaine de la santé plutôt que dans le domaine de la terreur et de la mort ».

Roland de Penanros, de l’Université européenne de la paix, ajoute : « Aujourd’hui, l’arme nucléaire ne sert à lutter ni contre le réchauffement climatique ni contre le terrorisme ni contre une pandémie. »

Une caravane de la paix

Jeudi 6 août 2020, à l’occasion du 75e anniversaire du bombardement d’Hiroshima au Japon, une commémoration sera organisée. Le projet : une caravane de la paix. Le rassemblement aura lieu au Faou pour rejoindre le Ménez Hom. Un arrêt est prévu dans la presqu’île de Crozon.

Cette caravane permettra de sensibiliser la population. « Le Finistère n’a pas vocation à être la base avancée de l’armement nucléaire », précise Christian Colimard, représentant de l’association le Mouvement de la paix.

Solliciter les nouveaux maires finistériens

Cette année, le collectif veut solliciter les nouveaux maires finistériens afin qu’ils adhèrent à l’appel des maires pour le désarmement nucléaire. Grâce, notamment, à la mobilisation du Cian 29, trois communes du département – Carhaix, Motreff et Berrien – ont déjà engagé leur mairie et montré leur soutien au désarmement nucléaire.

C’est aussi un moyen de créer un débat public.  On ne parle quasiment pas des armes nucléaires en France. Pourtant, elles correspondent à plusieurs milliards d’euros du budget de l’État. 

Par Daphné HERLEDAN, Ouest-France, publié le 21 juillet 2020 à 14h39

Photo en titre : Christian Colimard, représentant de l’association Mouvement de la paix, Catherine Flageul, membre du Parti communiste français (PC), et Roland de Penanros, de l’Université européenne de la paix, sont membres du Collectif pour l’interdiction des armes nucléaires. © OUEST-FRANCE

https://saint-brieuc.maville.com/actu/actudet_-finistere.-pour-sensibiliser-contre-l-arme-nucleaire-ils-mettent-sur-pied-une-caravane-de-la-paix_region-4194543_actu.Htm