MOSCOU EXPLIQUE LA CONDITION SINE QUA NON DE SON RECOURS À L’ARME NUCLÉAIRE

Pour la première fois, la Défense russe a publiquement formulé les conditions qui pourraient contraindre la Russie à faire usage de son arme nucléaire. La dissuasion reste néanmoins la priorité absolue de la politique sécuritaire russe.

Le ministère russe de la Défense a pour la première fois dévoilé les conditions qui rendent possible le recours par la Russie à l’arme nucléaire. Le document portant sur les «bases de la politique nationale de la Fédération de Russie en matière de dissuasion nucléaire» a été publié dans les pages du journal Krasnaïa zvezda.

«La première condition est liée à l’arrivée d’une information véridique sur un lancement de missiles balistiques attaquant le territoire de la Russie et (ou) ses alliés. L’état de fait du lancement d’un missile balistique sera détecté par le système d’alerte d’attaque de missile», explique le texte.

Les États-Unis considèrent l’Arctique comme le flanc nord de l’Otan

Comme il sera impossible de définir son type (nucléaire ou non nucléaire), tout missile attaquant sera considéré comme un missile nucléaire, explique le document. L’administration politique et militaire de la Russie sera tout de suite informée du tir de missile et définira l’ampleur de la réponse de ses forces nucléaires.

Toutefois, la priorité supérieure de la politique nationale russe en matière de sécurité nationale est d’assurer la dissuasion nucléaire en tant que base de la dissuasion stratégique, souligne le document.

Les menaces se multiplient

«La croissance de tendances négatives dans le monde qui accompagnent la formation d’un nouveau système de sécurité mondiale et régionale contribue à créer des prémisses pour l’intensification de menaces existantes et l’apparition de menaces nouvelles pour la sécurité militaire de la Fédération de Russie qui risquent de se muer en conflits de différentes ampleurs et intensités», précise le ministère.

Par Echourouk Online, publié le 7 août 2020

https://moroccomail.fr/moscou-explique-la-condition-sine-qua-non-de-son-recours-a-larme-nucleaire/