LES ÉTATS-UNIS DEMANDENT À LA RUSSIE D’ABANDONNER SON “TCHERNOBYL VOLANT”

Actuellement en développement, le missile de croisière à propulsion nucléaire russe Burevestnik 9M730 fait polémique. L’an dernier, celui-ci a été à l’origine d’un accident grave. Pour certains, la Russie devrait tout simplement abandonner ce programme.

Un accident qui fait polémique

Baptisé SSC-X-9 Skyfall par l’OTAN, le Burevestnik 9M730 (“Oiseau de tempête”) est un missile de croisière expérimental à propulsion et à armement nucléaire. Destiné à l’armée russe, ce missile aurait une portée quasiment illimitée et pourrait déjouer n’importe quel système de défense antimissile. Il s’agit également de l’une des six armes stratégiques russes dévoilées par le président russe Vladimir Poutine en début d’année 2018.

Or, ce missile nucléaire fait l’objet d’une très importante polémique depuis août 2019. En effet, un accident est survenu sur une base d’essais militaires située à seulement deux kilomètres du village de Nyonoksa (oblast de Arkhangelsk). Le missile a explosé, causant sept morts. De plus, l’exposition a libéré une quantité inconnue de radionucléides dans l’atmosphère. Ainsi, il y a eu d’importantes retombées radioactives dans la zone.

Le lendemain de l’accident, l’agence russe de l’énergie nucléaire Rosatom s’est justifiée. L’agence a déclaré qu’il s’agissait du test d’une source d’énergie isotopique pour un moteur de fusée à combustible liquide. Toutefois, des experts et des médias ont rapidement établi un lien avec le Burevestnik 9M730. Par ailleurs, le pic de radioactivité détecté dans le nord-est de l’Europe en juin 2020 est peut-être une cause du développement de ce missile.

Crédits : government.ru

Un abandon peu probable du missile

Un article publié par Asia Times le 28 juillet 2020 cite Marshall Billingslea, responsable du contrôle des armes du gouvernement des États-Unis. Lors d’une audition au Sénat, l’intéressé a déclaré que de telles armes ne devaient pas exister. Ce dernier a également expliqué s’être entretenu avec son homologue russe, évoquant “d’énormes gaspillages de fonds” et le renoncement “à ce genre d’idée déstabilisatrice”. Pour Marshall Billingslea, le Burevestnik 9M730 est une arme apocalyptique dont la possession n’est absolument pas justifiée.

D’autres experts s’interrogent grandement sur le type de propulsion du missile. Par ailleurs, bien que les sources soient rares, certains communiqués émanant des autorités ont déjà évoqué un test de combustible impliquant des radio-isotopes. Autrement dit, le Burevestnik 9M730 n’a absolument pas volé son surnom de “Tchernobyl volant”.

La réaction des Russes a été virulente, notamment par la voix du sénateur russe Alexeï Pouchkov. L’homme a expliqué que les États-Unis devraient s’abstenir de donner des conseils pour plusieurs raisons. Alexeï Pouchkov a rappelé le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) ainsi que des Traités de réduction des armes stratégiques (Start). Ce dernier a aussi indiqué le renforcement actuel d’une capacité nucléaire déjà puissante.

Par Yohan Demeure, rédacteur scientifique, publié le 10 août 2020 à 11h21

Photo en titre : Le Burevestnik 9M730 (Russie) et le BGM-109 Tomahawk (États-Unis) Crédits : Caesar / Twitter

https://sciencepost.fr/les-etats-unis-demandent-a-la-russie-dabandonner-son-tchernobyl-volant/