FLATTERIES ET GRANDILOQUENCE OU COMMENT KIM JONG UN A CHARMÉ DONALD TRUMP

EXTRAITS DE L’ARTICLE. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a utilisé flatteries et grandiloquence pour charmer le président américain Donald Trump, révèle un livre qui dévoile la correspondance entre les deux hommes.

La relation entre les deux hommes a été au cœur de la diplomatie entre Washington et Pyongyang, fluctuant entre insultes et menaces de guerre jusqu’à une déclaration d’amour du locataire de la Maison Blanche.

Pour son nouvel ouvrage, le célèbre journaliste américain d’investigation Bob Woodward s’est procuré les 25 lettres « jamais rendues publiques jusqu’à présent » que se sont échangées les deux dirigeants, selon la maison d’édition américaine Simon & Schuster.

Dans leurs missives, « Kim décrit le lien entre les deux leaders comme digne d’un +film fantastique+ alors que les leaders se lancent dans un menuet diplomatique extraordinaire », a affirmé l’éditeur sur la page Amazon consacrée au livre.

Le livre, dont le titre est « Rage » et qui sortira le 15 septembre, est une suite de « Peur, Trump à la Maison Blanche » publié en 2018.

Donald Trump et Kim Jong Un se sont rencontrés à trois reprises, la première fois lors d’un sommet historique en juin 2018 à Singapour.

S’adressant à Donald Trump en utilisant l’expression « Votre Excellence », les lettres de Kim sont remplies de flatteries et de commentaires personnels, selon des extraits rendus publics par CNN.

« Même maintenant, je ne peux oublier ce moment d’Histoire lorsque j’ai fermement tenu la main de votre Excellence dans ce lieu magnifique et sacré », écrit-il ainsi à Donald Trump le 25 décembre 2018 à propos de leur première rencontre à Singapour.

Ce sommet fut « un moment de gloire qui demeure une mémoire précieuse », ajoute-t-il.

Cependant, les négociations sur la dénucléarisation de la Corée du Nord n’ont guère progressé et elles sont même au point mort depuis le fiasco du deuxième sommet en février 2019 à Hanoï.

Cependant, cela ne l’empêche pas d’écrire en juin 2019: « je crois aussi que l’amitié profonde et spéciale entre nous agira comme une force magique ».

Le président américain n’est pas en reste pour décrire leurs échanges. Il a loué régulièrement ses relations avec Kim Jong Un, allant jusqu’à dire que les deux hommes étaient « tombés amoureux ».

« Il m’a écrit de belles lettres, ce sont de magnifiques lettres. Nous sommes tombés amoureux », avait affirmé en septembre 2018 le président américain à ses supporters.

« Seuls vous et moi, travaillant ensemble, pouvons résoudre les différends entre nos pays et mettre fin à près de 70 ans d’hostilité », a ainsi écrit le président: « Ce sera historique! »

Dans le livre, Bob Wooward assure que la CIA n’a jamais pu conclure définitivement qui était le rédacteur des lettres de Kim, mais l’agence de renseignement les considère comme des « chefs d’œuvre ».

Bob Woodward est connu pour ses révélations dans l’affaire du Watergate, qui a entraîné la démission du président Richard Nixon en 1974.

Le président américain a tenté à plusieurs reprises de discréditer le précédent livre de Bob Woodward, le qualifiant de « plaisanterie » et d’ « escroquerie ». 

Donald Trump a cependant affirmé en janvier s’être entretenu avec le journaliste pour ce nouvel ouvrage où on apprend non seulement comment le leader nord-coréen a pu charmer l’occupant de la Maison-Blanche, mais également, révélations-chocs, qu’il s’est vanté d’avoir « sauvé la peau » du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, accusé par le Congrès américain d’être responsable de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, et, ce qui peut lui faire encore plus mal, politiquement, comment il a caché la gravité de la pandémie au peuple américain.

« J’ai été interviewé par un très, très bon journaliste », avait même affirmé Donald Trump sur Fox News.

Rage, qui doit sortir mardi, s’appuie en particulier sur 18 interviews accordées à Bob Woodward entre décembre 2019 et juillet 2020 et enregistrées avec l’accord de Donald Trump.

D’autres révélations du livre de Woodward…

…Et le comble: Donald Trump aurait-il dévoilé une arme nucléaire secrète à Bob Woodward ?

Selon les extraits du livre Rage publiés par le Washington Post, M. Trump s’est vanté lors d’une des 18 interviews qu’il a accordées entre décembre 2019 et juillet 2020 à Bob Woodward, de détenir une nouvelle arme dont ni le président russe Vladimir Poutine ni le président chinois Xi Jinping n’ont connaissance.

« J’ai construit un (système) nuclé… une arme, j’ai construit un système d’armement, des systèmes d’armement, que personne d’autre n’a jamais eu dans ce pays », déclare le président américain, semblant se reprendre, selon ces extraits datés du 5 décembre 2019.  

« On a des choses que vous n’avez jamais vues, dont vous n’avez jamais entendu parler », ajoute M. Trump. « On a des choses dont Poutine et Xi n’ont jamais entendu parler. Personne. Ce que nous avons, c’est incroyable. »

Bob Woodward, rendu célèbre pour avoir révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate dans les années 70, indique dans son livre que des sources non identifiées ont confirmé que l’armée américaine avait une «nouvelle arme secrète». Mais elles ne lui ont pas précisé de quel genre d’arme il s’agissait et se sont déclarées surprises que M. Trump en ait parlé.

Les experts ont disséqué ces quelques phrases pour tenter de deviner de quelle arme Donald Trump parlait. Le président américain s’est-il corrigé parce que l’arme n’est en fait pas nucléaire, ou justement parce qu’elle l’est et qu’il s’est rendu compte qu’il parlait trop ?

Hans Kristensen, de la Federation of American Scientists, a estimé sur Twitter qu’il «s’agissait en fait de la tête nucléaire de faible puissance W76-2 qui était alors développée et qui a été depuis déployée».

Le Pentagone a annoncé le 4 février avoir déployé pour la première fois cette arme nucléaire qui a une charge explosive estimée à 5 kilotonnes (trois fois moins que la bombe d’Hiroshima) à bord du sous-marin USS Tennessee, qui patrouillait dans l’Atlantique.  

Mais pour Jeffrey Lewis, du Middlebury Institute, il s’agit du nouveau missile hypersonique que les États-Unis sont en train de développer. « La façon de parler de Trump en décembre 2019 ressemble à ses vantardises de mars 2020 à propos du missile “super extra” qui s’est avéré être l’hypersonique », a-t-il tweeté.

Questionné sur Fox News, le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche, Robert O’Brien, a assuré que le président américain ne parlait pas d’une arme en particulier. « Nous sommes toujours à la pointe de la technologie et nous avons toujours quelque chose dont nos adversaires ne sont pas au courant », a-t-il dit.

Un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Robert Carver, s’est abstenu de tout commentaire « sur un livre qui n’a pas encore été publié ».

Trump tente maintenant d’éteindre l’incendie…

Par AFP, publié le 10 septembre 2020 à 18h32

Photo en titre : Le leader nord-coréen Kim Jong Un (g) pose la main sur le bras du président américain Donald Trump (d) avant le début du sommet historique à l’hôtel Capella, le 12 juin 2018 à Singapour. (AFP/SAUL LOEB)

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer sur :

http://www.45enord.ca/2020/09/flatteries-et-grandiloquence-ou-comment-kim-jong-un-a-charme-donald-trump/