LES PAYS NUCLÉAIRES SONT CEUX QUI ONT LE PLUS MAL GÉRÉ LE COVID-19

La pandémie du Covid-19 a démontré que les arsenaux massifs sont inutiles en cas de pandémie. Les pays qui ont dépensé des sommes obscènes en armes nucléaires n’ont pas réussi à fournir l’équipement de protection le plus élémentaire contre le coronavirus, mettant ainsi leurs citoyens en danger chaque jour.

De nouveaux agents pathogènes continueront à évoluer, à se propager et à perturber notre monde. En effet, alors que nous épuisons les habitats d’autres espèces, que nous faisons des ravages climatiques et que nous produisons des aliments de manière industrielle, nous pouvons nous attendre à de nouvelles maladies infectieuses plus souvent.

COVID-19 n’est que la dernière en date ; ce ne sera certainement pas la dernière. C’est déjà assez grave, mais c’est loin d’être la pire à laquelle on pourrait s’attendre.

Exposer la vulnérabilité

Le COVID-19 a pris au dépourvu même les nations les plus riches ; leurs armements massifs sont inutiles contre une petite agrégation insensée d’ARN monocaténaire, de quelques protéines et d’une fine enveloppe lipidique d’environ 120 nm de diamètre.

Les nations qui investissent des sommes obscènes dans des armes nucléaires qui ne doivent jamais être utilisées n’ont pas été en mesure de fournir les équipements de protection les plus élémentaires – blouses, gants et masques à leurs professionnels de santé de première ligne qui se mettent en danger chaque jour.

Image : HFCM Communicatie/Wikimedia Commons.

L’organisation de santé publique la mieux financée au monde, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, est passée de la recommandation de respirateurs N95 pour les médecins et les infirmières à risque à la recommandation de bandanas improvisés face à de graves pénuries de la protection la plus élémentaire coûtant une fraction de dollar.

Le gouvernement états-unien a rejeté l’aide internationale en matière de kits de dépistage et s’est retrouvé avec un nombre terriblement insuffisant de ses propres kits défectueux.

Tirer les leçons de la pandémie

Ce coronavirus peut nous apprendre beaucoup de choses si nous sommes prêts à apprendre.

Il nous montre où se trouvent les véritables menaces pour notre sécurité, pour laquelle les arsenaux militaires massifs et les armes de destruction massive les plus puissantes sont non seulement inutiles, mais elles se mettent en travers de notre chemin.

Cela a montré nos vulnérabilités et nos capacités interconnectées, que les problèmes mondialisés ne respectent aucune frontière, ils sont partagés et exigent des solutions coopératives.

Cela a montré à quelle vitesse l’orgueil exceptionnel de dirigeants arrogants au service de leurs propres intérêts et d’intérêts particuliers étroits peut permettre à un grand mal de se produire ; un mal mesuré en échecs monumentaux de leadership, causant des dizaines de milliers de morts qui auraient pu être facilement évitées.

Cela a montré l’inutilité du bagage idéologique pour faire face aux grands défis.

Cela a mis en évidence que le respect de la vérité, des preuves et de la science, et l’écoute des experts qui en sont les gardiens, sont essentiels.

Cela a démontré que des changements autrefois jugés impensables peuvent être apportés, et rapidement.

Cela a montré que les femmes dirigeantes sont souvent plus sensées et plus fiables en cas de crise, et que nous avons besoin d’elles en plus grand nombre.

Cela a montré la grande ingéniosité, la débrouillardise et la gentillesse dont les gens sont capables partout.

Cela a montré que ce que la science et les experts nous disent – que de nouvelles pandémies vont se produire et que nous sommes terriblement mal préparés à y faire face – se produira si les avertissements ne sont pas pris en compte.

Choisir d’écouter

Nous pouvons éviter que de nouvelles pandémies ne se produisent. Nous pouvons toujours mieux réagir si nous écoutons les preuves et si nous nous préparons bien à ce qui peut être attendu.

Si nous n’écoutons pas ou si nous choisissons de ne pas voir les preuves accablantes de l’accélération du dérèglement climatique, et si nous réduisons rapidement et radicalement les émissions de gaz à effet de serre, la catastrophe se répercutera sur nous au cours de notre vie et le monde dans lequel vivent nos enfants et petits-enfants sera beaucoup plus violent, difficile et appauvri.

Si nous ignorons la réalité de ce que font les armes nucléaires et les dangers croissants de leur utilisation, alors ce qui peut être un petit risque à tout moment, au fil du temps, deviendra inévitable.

Une dernière épidémie

Cette pandémie du COVID va s’atténuer. Cependant, après une guerre nucléaire, il n’y aura pas de reconstruction, pas de retour. Ce serait la dernière épidémie. Il n’y aura pas de système de santé surchargé en crise ; il n’y aura pas de système de santé et personne ne pourra le doter en personnel. Nous pouvons nous préparer à une pandémie ; pour une guerre nucléaire, il n’y a que de la prévention.

Après une guerre nucléaire il n’y a pas de “retour à la normalité.” (Photo: Conséquences à Hiroshima, Imperial War Museum/Wikimedia Commons)

C’est pourquoi nous devons agir maintenant pour protéger notre Terre du réchauffement rampant et de la brusque période glaciaire qui suivrait l’incinération radioactive de la guerre nucléaire ; comme si nos vies en dépendaient, car elles en dépendent.

Nous ne pouvons pas arrêter toutes les nouvelles épidémies. Et nous ne savons pas encore si nous pouvons éradiquer le virus COVID-19.

Mais nous pouvons et devons mettre fin aux armes nucléaires avant qu’elles ne nous détruisent. Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires offre la meilleure voie possible pour aller de l’avant. Nous devrions tenir compte des leçons du COVID et suivre cette voie tant que nous le pouvons encore.

(*) L’auteur : Tilman Ruff est professeur associé au Nossal Institute for Global Health, School of Population and Global Health, Université de Melbourne, coprésident de l’association International Physicians for the Prevention of Nuclear War (prix Nobel de la paix 1985) et co-fondateur de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN, prix Nobel de la paix 2017).

Publié le 18.09.2020

Cet article a d’abord été publié sur le site Croate et est republié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Photo en titre : Crédit image : Beyond Nuclear International

L’article original se trouve sur le site web de notre partenaire

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Allemand

https://www.pressenza.com/fr/2020/09/les-pays-nucleaires-sont-ceux-qui-ont-le-plus-mal-gere-le-covid-19/