EREVAN DÉSIGNE COMME UN « CRIME CONTRE L’HUMANITÉ » LES MENACES DE BAKOU VISANT LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE METSAMOR

Les menaces de l’Azerbaïdjan visant la centrale nucléaire de Metsamor ne sont rien d’autre qu’un crime contre l’humanité et devraient recevoir une réponse appropriée de la communauté internationale, a déclaré le ministre arménien des infrastructures et de l’administration territoriale Suren Papikyan, dans un discours prononcé mardi 22 septembre lors de la 64ème réunion annuelle de la Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), en ajoutant que l’Arménie poursuivrait ses efforts pour prévenir de telles menaces à l’avenir. “En ces temps difficiles marqués par la lutte contre le coronavirus, l’Arménie est confrontée à une menace extrêmement dangereuse et sans précédent visant la sécurité de notre pays et de la région entière. Je parle ici de la menace très réelle d’une frappe de missile sur la centrale nucléaire de Metsamor, qui a été proférée par le représentant d’un État voisin de l’Arménie. Plus encore, il a été déclaré que l’objectif d’une telle frappe serait d’infliger des dommages catastrophiques à l’Arménie et à son peuple”, a souligné S.Papikyan lors de la réunion de l’AIEA.

Pour la première fois, nous sommes face à une situation dans laquelle la menace à la sécurité de la centrale nucléaire n’émane pas d’une organisation terroriste, mais d’un État par la voix de l’un de ses représentants officiels. Un État qui, de plus, se présente devant la communauté internationale comme l’un de ses membres responsables et y est engagé par ses relations internationale au plus haut niveau”, a ajouté S. Papikyan. “Il apparaît que la législation internationale et ses instruments n’ont pas pris pleinement en considération l’émergence de telles menaces. Malheureusement, la communauté internationale ne dispose pas des mécanismes concrets à même de prévenir des menaces potentielles visant la sécurité des centrales nucléaires des États, et manque d’instruments susceptibles d’apporter une réponse efficace aux menaces qui ont déjà été proférées”, a conclu S.Papikyan.

Par Garo Ulubeyan, publié le vendredi 25 septembre 2020

Photo en titre : © armenews.com 2020

http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=68692

NDLR: ces réacteurs ont 40 ans et plus. Les fermer résoudrait le problème.