LE JAPON NE REJOINDRA PAS LE TRAITÉ D’INTERDICTION DES ARMES NUCLÉAIRES DE L’ONU: PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

Le Japon ne rejoindra pas un traité de l’ONU interdisant les armes nucléaires, a déclaré lundi le principal porte-parole du gouvernement, une position qui le met en parallèle avec les États-Unis mais qui pourrait être considérée comme contredisant son credo anti-nucléaire.

« Nous pensons que, compte tenu de l’environnement sécuritaire de plus en plus difficile qui entoure le Japon, il est approprié de faire des progrès réguliers et réalistes vers le désarmement nucléaire tout en maintenant et en renforçant nos capacités de dissuasion pour faire face aux menaces », a déclaré le secrétaire général du Cabinet Katsunobu Kato lors d’une conférence de presse.

 « Le Japon partage l’objectif de ce traité, l’abolition des armes nucléaires … mais comme nous différons dans la façon d’aborder la question, nous ne deviendrons pas signataires », a-t-il déclaré en faisant référence au traité qui doit entrer en vigueur le janvier. 22.

En tant que seul pays à avoir subi une attaque nucléaire, le Japon a cherché à se présenter comme un chef de file dans les efforts internationaux de désarmement et de non-prolifération nucléaires.

Mais le Japon dépend également du parapluie nucléaire américain pour le protéger des menaces, notamment des missiles nord-coréens, l’empêchant d’approuver une interdiction totale de la production, de l’utilisation et du stockage des armes nucléaires.

Le Honduras est devenu samedi le 50ème pays ou région à ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, ouvrant la voie à son entrée en vigueur 90 jours plus tard. Aucune puissance nucléaire ne s’est jointe.

Interrogé sur la volonté du Japon de participer en tant qu’observateur, Kato a souligné la nécessité d’un « examen attentif basé sur la position du Japon ».

Les survivants des bombardements atomiques américains d’août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki, qui ont tué ensemble environ 214000 personnes à la fin de cette année, et d’autres militants anti-nucléaires ont exhorté l’administration du Premier ministre Yoshihide Suga à signer le traité sur le site historique mais largement symbolique.

À Nagasaki, une horloge numérique érigée devant l’hôtel de ville lundi a lancé le compte à rebours avant l’entrée en vigueur du traité.

« Il n’y a qu’un seul chemin que Nagasaki poursuit, et c’est celui qui mène à la réalisation d’un monde sans armes nucléaires », a déclaré le maire Tomihisa Taue lors d’une cérémonie de dévoilement.

Une cinquantaine de militants ont défilé dans le centre d’Hiroshima avec de grandes banderoles et des pancartes appelant le Japon à adhérer au traité, qui a été adopté en juillet 2017 avec le soutien de 122 pays et régions.

Kunihiko Sakuma, chef d’un groupe de soutien aux survivants et lui-même victime d’une bombe A, a déclaré qu’il était convaincu que le monde s’orientait vers l’abolition des armes nucléaires.

« Nous n’abandonnerons pas », a déclaré le militant de 76 ans.

Par SasukE, publié le 26 octobre 2020

Photo en titre : Le secrétaire en chef du cabinet japonais Katsunobu Kato prend la parole lors d’une conférence de presse à Tokyo le 26 octobre 2020 (Kyodo)

https://www.japanfm.fr/le-japon-ne-rejoindra-pas-le-traite-dinterdiction-des-armes-nucleaires-de-lonu-porte-parole-du-gouvernement/

NDLR: ce porte-parole du gouvernement japonais déclare « …il est approprié de faire des progrès réguliers et réalistes vers le désarmement nucléaire tout en maintenant et en renforçant nos capacités de dissuasion pour faire face aux menaces » mais il ne dit pas comment il compte faire! Évidemment puisque désarmer est le contraire de renforcer les capacités de dissuasion. Ce n’est que du bla bla politique.