L’AIEA CONFIRME : « L’IRAN AGRANDIT LE SITE NUCLÉAIRE DE NATANZ »

Une série de photos satellites publiées ces derniers jours confirme que l’Iran a commencé la construction d’un nouveau bâtiment pour ses programmes nucléaires dans la région de Natanz.

Selon les analystes du « James Martin Center for Non-proliferation Studies », il pourrait s’agir de travaux d’excavation pour un nouveau site souterrain, ce qui suggère que le gouvernement iranien veut « blinder » une partie de ses installations sous terre.

La découverte a été confirmée par l’Aiea, l’Agence des Nations unies pour l’énergie nucléaire : le directeur général de l’Aiea, Rafael Grossi, a déclaré à l’Associated Press que ses inspecteurs étaient au courant de la construction du nouveau bâtiment. L’Iran a informé Aiea des nouvelles activités, et les inspecteurs continuent d’avoir accès aux sites nucléaires du pays. « Les Iraniens ont commencé cette activité, mais elle n’est pas encore terminée », a déclaré M. Grossi à l’Ap.

Alireza Miryousefi, le diplomate porte-parole de la mission iranienne auprès des Nations unies à New York, a répondu aux questions de l’Ap en disant que « rien du programme nucléaire civil iranien n’est fait en secret, dans le respect total de la Jcpoa, comme l’Aiea l’a confirmé à plusieurs reprises ».

Le bâtiment en cours de construction pourrait être une usine construite pour remplacer celle qui a été détruite l’été dernier, presque certainement à la suite d’un sabotage. Akbar Salehi, le chef de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran, a déclaré à la télévision le mois dernier que le bâtiment détruit « serait remplacé par un nouveau au cœur des montagnes de Natanz ».

En 2018, après le retrait de Trump des États-Unis du Jcpoa, l’Iran a commencé à accroître ses activités d’enrichissement de l’uranium. Le Jcpoa (Joint common plan of action) est le plan signé par l’administration de Barack Obama avec l’Iran et les 5 Conseils de sécurité plus l’Allemagne pour éviter la course à la bombe atomique de l’Iran en échange de la levée des sanctions économiques.

Le directeur Grossi a déclaré que selon les évaluations d’Aiea, l’Iran n’a actuellement pas assez de matériel nucléaire pour produire une bombe nucléaire. Mais selon de nombreux experts, le « temps de panne », c’est-à-dire le temps pendant lequel l’Iran pourrait tester une bombe nucléaire s’il le voulait, est passé de 1 an à 3 mois. En d’autres termes, si l’Iran décidait de ne plus respecter les obligations du traité de non-prolifération, en commençant une expérimentation concrète, il disposerait de la bombe dans 90 jours.

Publié le 29 octobre 2020

https://www.adoxa.info/laiea-confirme-liran-agrandit-le-site-nucleaire-de-natanz/