VERS UNE NOUVELLE COURSE AUX ARMEMENTS NUCLÉAIRES

Alors que les États-Unis traînent des pieds pour la prolongation du nouveau traité Start dans le but de subjuguer la Chine, le monde est au bord d’une dangereuse course aux armements.

Après trois séries de négociations avec la Russie qui se sont terminées cet été, les États-Unis hésitent toujours à prolonger le nouveau traité START limitant les armes nucléaires à longue portée, qui expirera dans six mois. Une course mondiale aux armements se profile.

Lorsqu’une troisième série de pourparlers sur le contrôle des armes nucléaires s’est achevée cette semaine à Vienne, il était clair que les parties américaine et russe étaient toujours en désaccord sur les engagements de renouveler le nouveau traité START. Le traité, signé en 2010, limite le nombre d’armes nucléaires stratégiques déployées de chaque côté. Cependant, il expire en février de l’année prochaine, et s’il n’est pas renouvelé, il n’y aura plus de limites statutaires à l’accumulation de forces nucléaires, et ce pour la première fois depuis des décennies.

Potentiellement, la situation ressemblerait à l’apogée de la guerre froide, lorsque les États-Unis et l’Union soviétique se sont engagés dans une course aux armements dangereuse et financièrement ruineuse.

La Russie a déclaré qu’elle était disposée à prolonger le nouveau traité START sans conditions préalables pour une durée de cinq ans. Mais les États-Unis ont subordonné le maintien du traité à l’inclusion de la Chine dans un nouvel accord trilatéral de contrôle des armements.

Voir: Pourquoi les États-Unis accusent la Russie et la Chine de militariser l’espace

Un nouveau traité tripartite de contrôle des armements impliquant les États-Unis, la Russie et la Chine serait extrêmement complexe et prendrait probablement des années à être négocié. L’affirmation raisonnable de la Russie selon laquelle un tel traité global devrait également inclure d’autres puissances nucléaires, telles que la Grande-Bretagne et la France, alliés de l’OTAN, complique encore davantage la situation.

La Chine a déclaré qu’elle n’avait aucun problème de principe avec les négociations sur le désarmement, mais qu’à court terme, il incombe à Washington et à Moscou de montrer d’abord leur engagement envers les accords de contrôle existants, car ces deux puissances possèdent plus de 90% du stock nucléaire mondial. L’arsenal nucléaire de la Chine est estimé à une fraction (cinq pour cent) de celui des États-Unis ou de la Russie.

Inventaire des armes nucléaires mondiales. Lorsque Pompeo appelle la Chine à « conformer ses capacités nucléaires aux réalités stratégiques de notre temps », il l’appelle en fait à augmenter son arsenal, ironise Moon of Alabama.

Il semble assez clair que les États-Unis tergiversent sur le nouveau traité START avec l’intention délibérée de risquer une nouvelle course mondiale aux armements. L’objectif tacite est de faire pression sur Moscou et Pékin pour qu’ils viennent à la table des négociations comme l’a demandé Washington en vue d’un accord trilatéral, ou se retrouvent face à la sombre perspective d’une escalade nucléaire.

Voir: Poutine nargue Trump : « Si tu veux, on peut te vendre des armes hypersoniques »

Au lieu d’honorer leur accord bilatéral avec la Russie, les États-Unis veulent l’utiliser comme un moyen pratique d’étendre le contrôle sur la Chine, qui est devenue le principal rival mondial de la domination présumée de Washington.

La Russie et la Chine refusent de céder aux tactiques de négociation de Washington. Moscou dit vouloir étendre le nouveau START mais « pas à n’importe quel prix », ce qui signifie que la Russie ne se pliera pas à la demande de Washington quant à l’inclusion de la Chine dans les négociations sur les armes. Pour sa part, Pékin a également repoussé les avances américaines et insiste sur le fait que Washington doit d’abord remplir ses obligations internationales en matière de désarmement.

Malheureusement, cela signifie qu’en l’état actuel des choses sous l’administration Trump, le nouveau traité START est condamné à se terminer dans six mois. Dans ce cas, le dernier pilier restant de l’architecture de la maîtrise mondiale des armements disparaîtra. Rappelons que cela met fin à une période prolongée de sape de la sécurité mondiale à l’initiative de Washington. La partie américaine a supprimé le traité sur les missiles anti-balistiques (ABM) en 2002, le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) l’année dernière et le traité sur le ciel ouvert plus tôt cette année.

Poutine dénonce le retrait de Trump du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) © Le Cri des Peuples

Voir: Retrait de Washington du Traité INF : Moscou dénonce le danger d’escalade nucléaire et la servilité suicidaire de l’Europe

Dans un climat géopolitique de tensions croissantes suscitées principalement par les États-Unis à l’égard de la Russie et de la Chine, la dernière chose dont le monde a besoin est la suppression d’un autre accord majeur sur les armes nucléaires.

L’administration Trump a déclaré vouloir négocier un accord global de contrôle des armements avec la Russie et la Chine. Mais elle le fait de la manière la plus contre-productive. De telles transactions nécessitent un fondement de confiance mutuelle. Tout dans l’approche de Trump suggère la mauvaise foi et une incitation imprudente aux tensions comme stratagème de négociation.

Voir: Narcisse & L’Apocalypse : Trump se retire des traités parce qu’ils ne comportent pas sa signature

Peut-être que la Russie et la Chine peuvent éviter d’être entraînées dans le vortex d’une course aux armements avec les États-Unis. Peut-être que Trump ne sera pas élu en novembre et qu’une administration Biden pourrait intervenir au dernier moment et prolonger le nouveau Traité START.

En tout cas, une chose est sûre. À l’heure actuelle, le gouvernement des États-Unis est disposé à déclencher une course démoniaque aux armements mondiale, le tout dans le but de satisfaire ses intérêts stratégiques égoïstes en ce qui concerne le contrôle de la Russie et de la Chine. Le « leader du monde » autoproclamé se comporte comme un pyromane psychopathe.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

Par Finian Cunningham, traduction : Le Cri des Peuples, (Blog : Le Cri des Peuples), publié le 2 novembre 2020

https://blogs.mediapart.fr/le-cri-des-peuples/blog/021120/vers-une-nouvelle-course-aux-armements-nucleaires