IRAN: POUR UNE REPRISE DES NÉGOCIATIONS AVEC WASHINGTON

Téhéran semble se réjouir de la victoire à l’élection présidentielle américaine du démocrate Joe Biden. Le quotidien réformateur iranien Hamshahri appelle à une amélioration des relations entre les deux pays.

“C’est fini”, titre le quotidien réformateur Hamshahri dans son numéro du dimanche 8 novembre, bouclé la veille, peu après l’annonce du résultat de la présidentielle américaine. Hamshahri a ainsi préféré mettre en avant la fin de l’ère du républicain Donald Trump plutôt que l’élection de son rival, Joe Biden.

Dans son éditorial, Hamshahri voit dans la victoire du candidat démocrate, “le pas d’une partie du peuple des États-Unis – non pas ses politiques – vers l’amélioration des relations entre ce pays et le monde”. Le quotidien iranien appelle donc, avec beaucoup de prudence, Téhéran à adopter “si possible, une réaction opportune”. Une allusion à peine voilée à une reprise des négociations entre Téhéran et Washington.

Une économie qui souffre des sanctions américaines

Concernant l’Iran, Donald Trump a été le président qui s’est retiré unilatéralement, en mai 2018, de l’accord nucléaire de Téhéran, signé avec la communauté internationale en 2015. Ainsi, le retour des sanctions américaines, à partir d’août 2018, a mis à mal l’économie iranienne, déjà aux prises avec une gestion défaillante et une grande corruption.

Ces derniers jours, alors que la victoire de Joe Biden devenait de plus en plus plausible, certains modérés et réformateurs en Iran ont évoqué leur préférence pour le candidat démocrate. Parmi eux, le président Hassan Rohani et son ministre des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, les deux architectes de l’accord nucléaire qui, jusqu’à maintenant, avaient opté pour l’indifférence quant à l’issue de l’élection présidentielle américaine.

Ce revirement du gouvernement iranien intervient alors que le guide suprême, Ali Khamenei, n’a eu de cesse de déclarer que la présidentielle américaine ne concernait pas l’Iran.

Sur les réseaux sociaux dont Twitter, certains Iraniens parlent de leur souhait de voter à la prochaine présidentielle iranienne, en mai 2021, pour le ministre des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, si ce dernier se présente.

Publié le 8 novembre 2020

https://afriqueactudaily.com/index.php/2020/11/08/pour-une-reprise-des-negociations-avec-washington/