NUCLÉAIRE : « AU CAS OU », EDF-FLAMANVILLE DEMANDE UNE DÉROGATION POUR LE RÉACTEUR NUMÉRO

Un réacteur nucléaire arrêté depuis 2 ans est réputé à l’arrêt définitif. C’est la loi. EDF a donc demandé une dérogation, au cas où le réacteur 2 ne pourrait démarrer au 10 janvier

La direction d’EDF confirme avoir demandé au gouvernement une dérogation pour le cas où l’arrêt du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) dépasserait le délai légal de 2 ans.

La loi prévoit en effet qu’une installation nucléaire ayant cessé de fonctionner pendant 2 années consécutives est normalement considérée comme « définitivement arrêtée ».

À Flamanville, le réacteur numéro 2 a été arrêté le 10 janvier 2019 pour la troisième visite décennale. Les problèmes de corrosion relevés sur le réacteur numéro 1, puis des difficultés à répétition, notamment liées à des insuffisances de maintenance préventive qui ont conduit l’Autorité de sûreté nucléaire à placer la centrale sous surveillance renforcée, ont plusieurs fois repoussé l’échéance du redémarrage du réacteur.

Celui-ci est prévu par EDF au 30 novembre.

À lire aussi

« Un filet de sécurité »

Pour autant, l’électricien a souhaité disposer d’un « filet de sécurité » au cas où de nouveaux aléas ou des contraintes liées à la crise sanitaire repoussait encore l’échéance. EDF avait déjà bénéficié d’une telle dérogation pour la centrale Penly, où un réacteur était resté à l’arrêt durant 3 ans après la chute d’un générateur de vapeur.

« C’est un dossier d’état des lieux, expliquant l’origine des retards, les raisons pour lesquelles nous n’avons pas pu tenir les délais… C’est un processus administratif assez long. Mais ce n’est pas parce que nous avons déposé ce dossier que nous ne pensons pas redémarrer comme prévu au 30 novembre. »

Stéphanie Schnebelen, Directrice de la communication d’EDF Flamanville

Le redémarrage du réacteur 1, arrêté le 18 septembre 2019, a lui aussi été repoussé, a priori au 31 janvier prochain. EDF a déjà expliqué que sa priorité était le couplage au réseau du réacteur numéro 2, et que les équipes étaient concentrées sur cet objectif. Elles seront ensuite redéployées sur le réacteur 1.

Par Jean Lavalley, publié le 19 Novembre 2020 à 20h40 

Photo en titre : Le site d’EDF à Flamanville. Une dérogation a été demandée pour le réacteur numéro 2, à l’arrêt depuis 22 mois, au cas où il ne pourrait redémarrer avant le 10 janvier 2021. (©EDF)

https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-au-cas-ou-edf-flamanville-demande-une-derogation-pour-le-reacteur-numero-2_37600491.html