MACRON DÉFEND LE NUCLÉAIRE MARDI AU CREUSOT

Emmanuel Macron se rend mardi sur le site industriel du groupe Framatome du Creusot (Saône-et-Loire) pour soutenir la filière nucléaire civile et militaire, dans le cadre d’une semaine consacrée à l’environnement et aux énergies décarbonées, a indiqué l’Élysée.

Le chef de l’État, qui prononcera un discours dans l’après-midi, est attendu sur la réforme de la filière ou encore le choix du mode de propulsion du second porte-avions français, qui doit succéder au Charles-de-Gaulle.

Aucune décision pour la filière EPR ne sera prise avant la mise en route de l’EPR de Flamanville, prévue mi-2023 au plus tôt, a indiqué l’Élysée. Le 5 novembre, le gouvernement avait dit n’avoir pris « aucune décision » quant à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, après la publication d’un document évoquant la possible mise en service de six nouveaux EPR d’ici 2044.

Emmanuel Macron, qui sera accompagné de trois ministres — Barbara Pompili (Transition écologique), Bruno Le Maire (Économie) et Florence Parly (Armées) — rencontrera les représentants des acteurs de la filière tels qu’EDF, Orano, CEA, TechnicAtome et Naval Group, ainsi que des salariés.

Le site du Creusot a été choisi car Framatome y fabrique des cuves à la fois pour des réacteurs civils et pour des réacteurs utilisés dans la propulsion navale militaire, comme celle du Charles-de-Gaulle et des sous-marins.

Le chef de l’État devrait rappeler que « c’est le nucléaire civil et militaire qui donne à la France le statut de grande puissance« , ont expliqué lundi les conseillers de la présidence.

La France, avait déclaré M. Macron dans son interview vendredi à Brut, « produit une électricité qui est parmi les plus décarbonées au monde. Grâce à quoi ? Grâce au nucléaire« .

« On veut à terme le ramener à 50% » de la production d’électricité mais « il faut préserver la part du nucléaire« , avait-il insisté, ajoutant qu’il ne pouvait « pas le remplacer du jour au lendemain par des renouvelables« .

Sa visite mardi sera précédée dans la matinée d’un conseil de défense écologique, le septième depuis le début du quinquennat, consacré en particulier à l’éolien terrestre, notamment sur « une répartition harmonieuse sur le territoire » pour éviter « des concentrations qui créent des tensions« .

Lundi à l’Élysée, le chef de l’État recevait les dirigeants des dix plus grandes métropoles françaises sur le sujet des zones à faible émissions, prévues dans la loi mobilité pour améliorer la qualité de l’air.

L’exécutif finalise la loi devant reprendre les préconisations de la Convention citoyenne sur le climat, (NDLR : en partie seulement !) dont les membres ou représentants devraient être reçus par Emmanuel Macron mi-décembre.

Par AFP et eb/jk/pb, publié le 7 décembre 2020 à 19h14

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/macron-defend-le-nucleaire-mardi-au-creusot-201207

NDLR : tout, dans les mots d’Emmanuel Macron, prouve que, s’il est réélu en 2022, il donnera son feu vert à la construction des 6 EPR comme souhaité par EDF et certains industriels. Encore faudra-t-il qu’il soit réélu ! La balle est dans le camp des électeurs !