UNE PANDÉMIE RETARDE L’ENLÈVEMENT DU COMBUSTIBLE NUCLÉAIRE FONDU À FUKUSHIMA

Le gouvernement et l’exploitant de la centrale nucléaire n°1 de Fukushima ont annoncé qu’ils avaient abandonné leur projet de commencer à retirer le combustible nucléaire fondu et d’autres débris contaminés de l’installation sinistrée d’ici 2021, en invoquant le retard pris dans le développement en Grande-Bretagne d’un bras robotisé essentiel à cette fin.

Ils ont expliqué que la nouvelle pandémie de coronavirus était la principale responsable de ce retard.

Le gouvernement et la Tokyo Electric Power Co. avaient prévu de commencer la tâche dangereuse en 2021 mais ont déclaré le 24 décembre que ce n’était plus possible.

En décembre 2011, neuf mois après la triple fusion déclenchée par le tremblement de terre et le tsunami de mars, les deux parties se sont fixé comme objectif de commencer à récupérer le combustible fondu « dans les 10 ans » afin de pouvoir commencer le démantèlement des réacteurs.

Depuis lors, elles ont dû réduire l’ampleur des débris qui peuvent être récupérés de manière réaliste, principalement parce que la technologie n’existe pas pour accomplir un travail aussi dangereux.

Le réacteur n°2, ainsi que les réacteurs n°1 et n°3, ont été mis en fusion après que le tsunami généré par le tremblement de terre de 2011 dans le Grand Est du Japon ait détruit les systèmes de refroidissement de la centrale.

La récupération des débris constitue le plus grand obstacle pour décider de l’évolution du démantèlement des réacteurs dans les années à venir.

Les débris émettent des niveaux de radiation extrêmement élevés, ce qui rend difficile l’accès au site, même avec des robots. On sait peu de choses sur l’état des débris ou sur leur composition.

Le gouvernement et TEPCO ont révisé le calendrier en décembre dernier dans le but de récupérer à titre expérimental quelques grammes de débris en 2021 du réacteur n°2. Le réacteur n°2 a été choisi parce que l’état de l’enceinte de confinement est mieux connu que pour les autres réacteurs.

Le Japon a approché la Grande-Bretagne pour développer un bras robotique spécial parce qu’elle a plus d’expérience dans ce domaine.

Mais les travaux ont connu des retards importants en raison de la pandémie COVID-19. Les essais du bras robotique sont prévus au Japon au printemps prochain ou plus tard, les travaux de récupération étant reportés à 2022 ou plus tard.

Cependant, de nombreuses questions subsistent sur le démantèlement du réacteur de la centrale nucléaire n°1 de Fukushima dans son ensemble, en raison d’un certain nombre de facteurs tels que l’épave des équipements sur le site.

Par exemple, les prévisions initiales visant à achever l’enlèvement du combustible nucléaire irradié d’une piscine de combustible ont été retardées de 10 ans.

Cependant, le gouvernement et TEPCO respectent leur calendrier pour achever le démantèlement des réacteurs entre 2041 et 2051. En ce qui concerne la récupération des débris, elle doit se faire « étape par étape« .

Les deux parties ont également annoncé le 24 décembre qu’elles reporteraient le début du sondage de l’intérieur de la cuve de confinement du réacteur n°1 de la seconde moitié de l’exercice 2020 à l’exercice 2021.

Ils ont travaillé à la sécurisation d’un itinéraire qui permettra aux équipements robotiques d’explorer l’intérieur mais ont rencontré d’énormes obstacles car leur méthode actuelle a provoqué la propagation de substances radioactives.

Les débris accumulés dans les trois réacteurs sont estimés à environ 880 tonnes au total.

Des plans provisoires prévoient d’augmenter progressivement la quantité de débris à récupérer après que quelques grammes aient été recueillis à l’aide d’une brosse métallique fixée au sommet du bras robotique et analysés.

Un équipement spécial capture de petits sédiments ressemblant à des pierres, que l’on croit être des débris de combustible, au centre de la cuve de confinement du réacteur n°2 de la centrale nucléaire n°1 de Fukushima en février 2019. (Fourni par Tokyo Electric Power Co.)

Par YU KOTSUBO/ Rédacteur de l’équipe, publié le 25 décembre 2020 à 18h00

Source : Asahi Shimbum via Kolin K. – Traduction automatique DeepL

Article original (en anglais) sur : http://www.asahi.com/ajw/articles/14059716