RÉACTEURS NUCLÉAIRES NOUVELLE GÉNÉRATION : TRICASTIN OU BUGEY ?

EDF doit proposer à l’État trois sites d’implantation des nouveaux réacteurs nucléaires. Deux sont déjà connus, Gravelines (59) et Penly (76). Au printemps, EDF devra proposer un troisième site : Bugey (01) ou Tricastin (26).

 La loi de transition écologique prévoit la suppression de 12 réacteurs en France sur les 56 que compte le pays. Et même si la loi prévoit également une baisse de la proportion d’électricité issue du nucléaire, il va falloir en partie remplacer ces réacteurs classiques. 

Six réacteurs nouvelle génération sur trois sites

Les six réacteurs de type Evolutionary Power Reactor (EPR 2)  seront implantés par deux sur trois sites. C’est EDF qui est chargé de proposer ces trois sites à l’État. L’électricien a donc déjà retenu les sites de Gravelines dans le Nord et de Penly en Seine-Maritime. Il doit maintenant choisir le troisième site entre deux secteurs situés tous les deux en région Auvergne-Rhône-Alpes : Bugey dans l’Ain et Tricastin dans la Drôme

L’EPR 2 est un réacteur de nouvelle génération qui utilise moins de combustibles et produit moins de déchets pour la même quantité d’électricité. Le coût de construction de ces six réacteurs est estimé par EDF à 46 milliards d’euros.  

Des élus de la Drôme réclament l’EPR 2

La présidente du conseil départemental de la Drôme ou encore le maire de Saint-Paul-Trois-Châteaux font partie des élus qui militent pour l’obtention de la paire d’EPR 2 à Tricastin. L’enjeu est de taille puisque la centrale nucléaire de Tricastin emploie actuellement 2000 personnes. Il faut y ajouter 1000 personnes qui y travaillent de façon ponctuelle et 1000 emplois induits. 4000 emplois au total. C’est considérable dans un bassin de vie où le taux de chômage est important. Or la suppression de 12 réacteurs pourraient impacter le site EDF de Tricastin avec à terme la fermeture de deux réacteurs sur quatre.   

Des ingénieurs d’EDF sont sur place actuellement pour étudier en profondeur la faisabilité du projet sur le site de Tricastin. EDF rendra au printemps prochain sa décision et indiquera à l’État si cette paire d’EPR 2 doit être implantée à Tricastin ou à Bugey.   

Par Pierre-Jean Pluvy, (France Bleu Drôme Ardèche), publié le samedi 16 janvier 2021 à 4h16

Photo en titre : Centrale nucléaire de Tricastin dans la Drôme. © Radio France – Victor Vasseur

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/reacteurs-nucleaires-nouvelle-generation-tricastin-ou-bugey-1610723765

NDLR : je croyais que la décision de construire ou non 6 EPR supplémentaires en France ne serait prise qu’en 2022 ! Je constate que, dans les faits, tout le monde a compris qu’en réalité, la décision est déjà prise : OUI, nos dirigeants  (actuels) sont hyper favorables à ce « projet ». Seule solution pour y échapper, élire des politiques réellement opposés à ces constructions (mais est-ce possible ?). La balle est dans notre camp et nous n’y arriverons certainement pas en éparpillant les candidatures !