LOT-ET-GARONNE ET « REJETS RADIOACTIFS » : TROP DE TRITIUM EN AVAL DE GOLFECH ?

Les doses seraient nocives à long terme, selon Stop Golfech

La coordination Stop Golfech a présenté ce mercredi 20 janvier à la mairie de Roquefort, les résultats d’une étude réalisée par la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) et qu’elle a financée elle-même (3 000 euros). Il en ressort que, selon elle, les taux de tritium et de carbone 14 sont trop élevés en aval de la centrale nucléaire de Golfech, particulièrement en Agenais, où l’on consomme l’eau de la Garonne.

« Il y a des rejets radioactifs dans l’eau de la Garonne, qui est ensuite consommée par une trentaine de communes de l’Agenais« 

« Nous avons été alertés l’été 2019 par des associations qui ont relevé des taux élevés de tritium (un isotope radioactif de l’hydrogène), notamment, près de centrales nucléaires françaises« , explique Monique Guittenit, membre de Stop Golfech. « Lorsque nous avons voulu vérifier si c’était le cas en Garonne, nous avons constaté que la seule station de surveillance, installée à Boé, était en panne! Elle est maintenant réparée, mais cela aurait déjà dû entraîner l’arrêt de la centrale« .

En octobre 2019, un collectif d’associations demande donc à la Criirad de procéder à des analyses, dont la publication des résultats a été retardée par les confinements successifs. « Ces analyses révèlent qu’il y a quatre fois plus de tritium organiquement lié à Lamagistère, 870 mètres en aval des rejets de Golfech, qu’en amont. Quant au carbone 14, il y en avait deux fois plus en aval« .

Faibles doses, mais dangereuses?

« Ces taux témoignent qu’il y a des rejets radioactifs dans l’eau de la Garonne, qui est ensuite consommée par une trentaine de communes de l’Agenais, ou bien utilisée pour l’irrigation« , indique-t-on à Stop Golfech, qui assure que « EDF et les autorités sanitaires banalisent cette situation« .

Mais le collectif évoque le problème que ces faibles doses sont ingérées directement dans des périodes longues, et n’hésite pas à produire des études faisant le lien entre des leucémies infantiles et les centrales nucléaires.

« Nous souhaitons que les élus, les associations et les diverses associations réagissent à cette information« , poursuit-on à Stop Golfech. L’étude de la Criirad devrait déjà être abordée lors de la prochaine Commission locale d’information de Golfech, qui se tiendra le 27 janvier prochain.

Soutenez Sud Ouest et le journalisme de proximité : abonnez-vous à partir de 1 € par mois.

Par SudOuest.fr, publié le 20/01/2021 à 16h44

Photo en titre : Stop Golfech s’inquiète des taux de tritium relevés en avanl de la centrale © Crédit photo : archives Sud Ouest

https://www.sudouest.fr/2021/01/20/lot-et-garonne-trop-de-tritium-en-aval-de-golfech-8309341-4622.php