POURQUOI DES MILLIONS DE FRANÇAIS VONT-ILS RECEVOIR DES CAPSULES D’IODE ?

ÉCLAIRAGE – Le ministère de l’Intérieur lance la deuxième phase de campagne préventive de distribution de comprimés d’iode aux riverains vivant dans un rayon de 10 à 20 kilomètres autour des 19 centrales nucléaires françaises.

Le ministère de l’Intérieur lance la deuxième phase de la campagne préventive de distribution de comprimés d’iode aux riverains situés dans un rayon de 10 à 20 kilomètres autour des 19 centrales nucléaires françaises. La première phase de cette campagne de sécurité a débuté en septembre 2019. Elle consistait à mettre à disposition les comprimés d’iode dans les pharmacies partenaires pour les 2,2 millions de personnes et plus de 200.000 établissements sur tout le territoire.

La prise de comprimés d’iode stable permet de protéger la thyroïde de l’iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l’environnement en cas d’accident nucléaire. La thyroïde va donc absorber l’iode stable jusqu’à saturation, et ne pourra plus assimiler l’iode radioactif qui serait éventuellement respiré ou ingéré. (Voir NDLR en bas de page)

Selon l’autorité de sûreté nucléaire, « Prendre ses comprimés d’iode stable sur instruction du préfet fait partie des actions de protection des personnes en cas d’accident avec l’évacuation, la mise à l’abri, etc « .

Les comprimés seront adressés par voie postale à 600.000 foyers

Selon le communiqué de presse du ministère de l’Intérieur, les comprimés seront adressés par voie postale à 600.000 foyers identifiés ne les ayant pas retirés en pharmacie dès février. Les ERP (établissements recevant du public) ainsi que les nouveaux arrivants des communes n’ayant pas effectué la démarche, sont invités à retirer les comprimés d’iode dans les pharmacies partenaires. Ils pourront procéder à leur retrait sur simple présentation d’un justificatif de domiciliation, de capacité d’accueil du public et/ou du nombre de salariés.

Le ministère de l’Intérieur rappelle les réflexes à avoir en cas d’alerte nucléaire : se mettre à l’abri dans un bâtiment dur, se tenir informé via les médias et les réseaux sociaux, ne pas aller chercher ses enfants à l’école, limiter ses communications téléphoniques, prendre les comprimés d’iode stable ainsi que se préparer à une éventuelle évacuation.

Pour connaître la liste des pharmacies participantes à cette opération, rendez-vous sur le site www.distribution-iode.com à la rubrique « les comprimés d’iode« .

Par Camille Guesdon (journaliste), publié le 29/01/2021 à 06h01 mis à jour le 29/01/2021 à 07h40

Photo en titre : Photo prise le 14 octobre 1996 d’une personne présentant une fiche d’informations et une boîte de comprimés d’iode devant la centrale nucléaire de Saint-Alban. Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP

https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/pourquoi-des-millions-de-francais-vont-ils-recevoir-des-capsules-d-iode-7800962226

NDLR : 3 rappels importants :

1 : la dose d’iode stable doit être prise uniquement et immédiatement à la demande du préfet.

2 : les comprimés d’iode ne protège la tyroïde QUE de l’iode radioactif mais pas des autres types de rejets (césium 137, césium 134, strontium 89…). Pour plus d’information voir : https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/La_surete_Nucleaire/risque-nucleaire/mesures-radioactivite-crise/Pages/principaux-radionucleides-rejetes-en-cas-accident.aspx#.YBV7j3njKvY

3 : il faut avoir absorbé le comprimé AVANT le passage de la pollution, idéalement 2 heures avant d’être contaminé, temps nécessaire pour que la thyroïde soit saturée.