BELLEVILLE-SUR-LOIRE : DEUX RÉACTEURS SUPPLÉMENTAIRES À LA CENTRALE NUCLÉAIRE ?

Deux réacteurs EPR seront-ils construits à Belleville-sur-Loire, aux côtés des deux anciens réacteurs ? On en est encore loin, mais le conseil municipal de la commune compte bien se positionner et a demandé au maire de se rapprocher des autorités et d’EDF.

Le maire de Belleville sur Loire a obtenu il y a quelques jours mandat de son conseil municipal pour se rapprocher des autorités et des opérateurs, EDF notamment. L’état a en effet demandé à EDF de sélectionner trois sites en France pour implanter de nouveaux réacteurs et Belleville, grâce à ses réserves foncières, dispose d’un bel atout.  Officiellement, ce n’est surtout pas un blanc-seing de la commune à ce projet, explique le maire, Bruno Van der Putten :  » J’ai souhaité que le conseil municipal me donne mandat afin de récolter un maximum d’informations en vue de pouvoir délibérer à plus ou moins long terme sur le fait que le conseil municipal serait tout à fait favorable ou pas à l’installation de nouveaux réacteurs sur le site de Belleville. Je veux que les conseillers municipaux disposent de tous les éléments de réflexion avant de se positionner sur le dossier. Il y a trente ans, quand la centrale a été construite, c’est vrai que cela a chamboulé la commune. Il y a eu des constructions de logements et de l’emploi avec l’installation d’entreprises. C’est vrai que c’est un élément de développement économique important. » 

   La mairie de Belleville sur Loire (Cher)    © Radio France – Michel Benoit

Certains analyseront cela comme une démarche habile de la mairie de montrer son intérêt pour le projet même si, rappelle le maire, au final implanter ces nouveaux réacteurs dépasse largement la sphère communale. La mairie n’est propriétaire de rien, insiste Bruno Van der Putten :  »  La candidature ne sera pas le fait de la mairie de Belleville. Je rappelle qu’EDF est propriétaire de foncier attenant aux réacteurs actuels.  La question est de savoir si on souhaite accompagner le dossier de façon favorable, ou pas.  C’est une décision de toute façon très politique et qui appartient aussi à EDF. » 

     Le réseau sortir du nucléaire compte bien se mobiliser © Radio France –      Michel Benoit

Les écologistes étaient soulagés de voir que la piscine de déchets nucléaire ne se ferait pas à Belleville, un temps pressentie… Voilà qu’arrive un autre projet à combattre. Pour Françoise Pouzet, présidente du réseau Sortir du Nucléaire Berry, Puisaye, Giennois, deux réacteurs EPR à Belleville, c’est inenvisageable :  » Nous, ça nous fait très peur, la technique de l’EPR.  On souhaite qu’elle soit d’abord validée avant d’envisager d’autres constructions. Or le réacteur de Flamanville, après tous ses déboires, ne fonctionnera, au mieux qu’en 2024. C’est déjà une technique du passé. Il faut qu’on change de paradigme en ayant un comportement beaucoup plus frugal en matière d’énergie. Il faut également anticiper le changement climatique et les fléaux qu’il va engendrer. On sait que les phénomènes climatiques seront beaucoup plus marqués, voire violents. Des tempêtes et des inondations sans doute plus fortes l’hiver et l’été des sécheresses plus marquées. Des étiages des fleuves très bas en été qui posent déjà problème pour le refroidissement des réacteurs. Les centrales sont déjà obligées de trouver des ressources ultimes d’eau au cas où elles devraient refroidir de manière urgente et elles vont capter cette eau dans les nappes profondes. Mais jusqu’où va-t-on aller ?

Par Michel Benoît, (France Bleu Berry), publié le 3 février 2021 à 18h28

Photo en titre : La centrale nucléaire de Belleville sur Loire (Cher) © Radio France – Michel Benoit

https://www.francebleu.fr/infos/environnement/belleville-sur-loire-deux-reacteurs-supplementaires-a-la-centrale-nucleaire-1612372804