RÉFORME D’EDF : NICOLAS HULOT EXPRIME SES DOUTES SUR LE PLAN « HERCULE »

L’ancien ministre de la transition écologique appelle à « surseoir » au projet de réorganisation du premier opérateur nucléaire au monde.

La centrale thermique de Bouchain, près de Valenciennes, en juillet 2020. Pascal Rossignol / REUTERS

Il avait été l’un des tout premiers, en tant que ministre de la transition écologique et solidaire, à avoir affirmé publiquement, en novembre 2017, qu’il était nécessaire de réfléchir à l’« architecture » d’EDF. Mais Nicolas Hulot n’est pas pour autant favorable au projet tel quel de réorganisation du premier opérateur nucléaire au monde, présenté par le gouvernement. « Je suis très prudent là-dessus. Je demande prudence et transparence, parce que les choses ne se font pas forcément au grand jour », estime l’ancien ministre lors d’un entretien au Monde mercredi 3 février, en faisant référence à la négociation entre Paris et Bruxelles, qui dure depuis plusieurs mois, sur le sujet.

Lire aussi : Nicolas Hulot : « L’écart énorme entre les promesses politiques et leur réalisation sape notre démocratie »

Le projet « Hercule », porté par la direction d’EDF, consiste à séparer les activités nucléaires dans une entité appelée EDF Bleu, totalement publique. Et à créer une autre structure, dont le capital serait ouvert aux capitaux privés, qui serait appelée EDF Vert. Cette dernière regrouperait le réseau de distribution Enedis, la fourniture d’électricité et les énergies renouvelables.

« Je n’ai pas d’avis définitif sur le sujet. Mais le projet risque de faire porter aux contribuables les surcoûts faramineux du nucléaire et de privatiser totalement les opportunités et bénéfices économiques des énergies renouvelables », analyse M. Hulot. « D’abord, je pense qu’il faut surseoir à ce projet. Il ne faut pas ajouter de l’angoisse à l’angoisse au personnel d’EDF. Et deuxièmement, il faut avoir un vrai débat », plaide l’ancien ministre, qui a eu des relations difficiles avec la direction d’EDF lorsqu’il était le ministre de tutelle de l’entreprise.

Le député Matthieu Orphelin (ex-LREM), proche de Nicolas Hulot, a lui rejoint le front des opposants au projet « Hercule ». Il a ainsi cosigné, avec 82 parlementaires d’opposition, une lettre adressée à Jean Castex demandant le retrait du projet. Interrogée jeudi 4 février lors d’une audition devant des députés, la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, a elle estimé que le statu quo n’était « pas tenable dans la durée ». « Aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure de décrire un schéma précis de ce que sera cette réforme et ses impacts sur l’organisation interne du groupe EDF, pour une raison très simple : les négociations avec la Commission européenne sont toujours en cours », a-t-elle ajouté.

Lire aussi : Au sein d’EDF, l’opposition au projet « Hercule » se structure

Par Nabil Wakim et Perrine Mouterd, publié le 5 février 2021 à 17h00, mis à jour le 6 février 2021 à 08h11

Photo en titre : La centrale thermique de Bouchain, près de Valenciennes, en juillet 2020. Pascal Rossignol / REUTERS

https://www.lemonde.fr/energies/article/2021/02/05/reforme-d-edf-nicolas-hulot-exprime-ses-doutes-sur-le-plan-hercule_6068930_1653054.html