L’INDUSTRIE NUCLÉAIRE DÉCRÉPITE DES ÉTATS-UNIS PROMET UNE CATASTROPHE

Faire fonctionner des centrales électriques décrépites bien au-delà de leur capacité de conception prépare les États-Unis à une catastrophe à l’échelle de Tchernobyl ou de Fukushima.

Le professeur Karl Grossman est un critique expert renommé de l’industrie nucléaire des États-Unis. Dans l’interview suivante avec Strategic Culture Foundation, il souligne sa préoccupation face à la décision actuellement proposée par les autorités de régulation d’étendre les autorisations d’exploitation des réacteurs nucléaires, déjà vieillissants, aux centrales américaines qui étaient initialement conçues pour avoir une durée de vie de 40 ans, maintenant portée à 100 ans. Le mouvement, dit Grossman, est poussé par le lobby de l’industrie nucléaire comme un moyen de sauver l’économie de plus en plus non viable de l’énergie nucléaire. Il y a aussi, note-t-il, l’effet « tourniquet » [passage du privé au public entre régulateurs et dirigeants, NdT] entre les entreprises privées de l’énergie nucléaire et les autorités gouvernementales qui sont censées réglementer l’industrie. Cela signifie que les questions de sécurité publique sont ignorées pour la poursuite des profits. Faire fonctionner des centrales électriques obsolètes bien au-delà de leur capacité de conception prépare les États-Unis à une catastrophe de l’ampleur de Tchernobyl ou de Fukushima, prévient Grossman.

La biographie de Karl Grossman inclut une activité à temps plein comme professeur titulaire de journalisme à l’Université d’État de New York au College Old Westbury. C’est un cinéaste primé, un auteur et un expert international renommé en armement spatial, ayant pris la parole à des conférences de l’ONU et à d’autres forums sur le sujet. Il est directeur fondateur (en 1992) du Réseau mondial contre les armes et l’énergie nucléaire dans l’espace. Grossman est l’auteur du livre fondateur «Weapons in Space». Il est également associé du groupe de veille médiatique Fairness and Accuracy in Reporting (FAIR).

Entretien

Question : Combien de centrales nucléaires y a-t-il aux États-Unis ? L’énergie nucléaire contribue-t-elle moins à l’approvisionnement énergétique total des États-Unis ?

Karl Grossman : Le nombre de centrales nucléaires aux États-Unis est maintenant tombé à 94 par rapport à un sommet de 129. Et l’énergie nucléaire est en déclin en tant que source d’énergie. Voici un rapport du Nuclear Information and Resource Service à ce sujet.

Question : La plupart des centrales nucléaires ont-elles atteint la limite de service de 40 ans et peut-on prolonger la période jusqu’à 100 ans ?

Karl Grossman : Toutes les centrales nucléaires aux États-Unis sont autorisées à servir pendant 40 ans. La plupart ont maintenant reçu une prolongation de 20 ans – pour une durée de 60 ans. Jusqu’à présent, seuls quelques-unes ont obtenu une extension pour une durée de 80 ans. Et la décision de la US Nuclear Regulatory Commission (NRC) de leur permettre de fonctionner pendant 100 ans n’a pas encore été adoptée, de sorte qu’aucune centrale n’a, à ce jour, été autorisée à fonctionner pendant 100 ans.

Question : Pourquoi le NRC réglementaire envisage-t-il cette étape d’extension des licences d’exploitation ? Des bénéfices pour les opérateurs ? Y a-t-il un lobbying lucratif du NRC ? Des effets de « tourniquets » ?

Karl Grossman : L’US Nuclear Regulatory Commission devrait vraiment s’appeler l’US Nuclear Commission d’enregistrement. Elle fait tout ce que veulent l’industrie nucléaire et les partisans du nucléaire au sein du gouvernement américain. Le NRC est issu de la Commission américaine de l’énergie atomique (AEC), créée en 1946 pour promouvoir et réglementer l’énergie nucléaire aux États-Unis. Voici comment le NRC lui-même explique l’histoire sur son site Web :

L’Agence fédérale (connue sous le nom d’AEC), a été créée en 1946 pour gérer le développement, l’utilisation et le contrôle de l’énergie atomique (nucléaire) à des fins militaires et civiles. L’AEC a ensuite été abolie par l’Energy Reorganization Act de 1974 et remplacée par l’Energy Research and Development Administration (qui fait maintenant partie du  U.S. Department of Energy) et la Nuclear Regulatory Commission des États-Unis. Pour plus d’informations, consultez notre histoire.

Ce que cette explication oublie, c’est pourquoi la Commission de l’énergie atomique a été abolie. Son double rôle de promouvoir et de réglementer l’énergie nucléaire était, a conclu le Congrès américain, en conflit d’intérêts – et pas par hasard, l’Agence internationale de l’énergie atomique est calquée sur l’AEC et continue d’être en conflit d’intérêts.

Ainsi, une Commission de réglementation nucléaire a été mise en place pour faire la réglementation et, tout d’abord, une Administration de la recherche et du développement énergétiques (ERDA) a été formée pour la promotion. Quelques années plus tard, en 1977, un département américain de l’énergie a été créé et l’ERDA y a été absorbée.

Cependant, la mentalité promotionnelle de l’AEC s’est maintenue au NRC.

Il suffit de se rendre à une audience de délivrance de licence par la NRC pour voir cela – comme je l’ai fait. Les «juges administratifs», à de très rares exceptions près, ne sont pas des juges équitables ou objectifs – et les procédures fonctionnent comme des tribunaux nucléaires fantoches.

Quant à la proposition qui permettrait aux centrales nucléaires de fonctionner pendant 100 ans, il s’agit d’un effort pour maintenir l’énergie nucléaire aux États-Unis. Les deux seules centrales nucléaires en construction aux États-Unis actuellement, Vogtle 3 et 4, coûtent 28 milliards de dollars pour les deux, et le prix continue d’augmenter.

L’industrie nucléaire américaine est dans les affres de la mort – et ce, malgré le baratin actuel selon lequel l’énergie nucléaire est nécessaire pour faire face à la crise climatique. Les Pinocchios nucléaires menteurs insistent sur le fait qu’une centrale nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre. Ce qu’ils ne veulent pas mentionner, c’est que le cycle du combustible nucléaire – exploitation minière, broyage, enrichissement du combustible, etc. – a une importante empreinte en CO2. Et les centrales nucléaires elles-mêmes émettent du carbone, du carbone radioactif : le carbone 14.

La stratégie est donc de laisser ces centrales nucléaires vieillissantes continuer à fonctionner pour maintenir en quelque sorte l’industrie en vie. Et comme je l’ai noté dans cet article récent, ce que le NRC a également fait, c’est permettre, avec l’extension de licence, une mise en mode « turbo » des centrales – en les laissant tourner de plus en plus fort pour produire plus d’électricité. C’est une invitation au désastre. Qui aurait envie de rouler dans une voiture centenaire, et surtout de la pousser pour essayer d’atteindre 120 ou 140 kilomètres à l’heure ?

Question : Y a-t-il eu des études techniques approfondies pour justifier les extensions proposées sur des décennies ? Ou est-ce plutôt une décision fantaisiste qui n’est pas du ressort public, un défi ?

Karl Grossman : La seule étude que je connaisse est celle à laquelle je fais référence dans mon article, réalisée par le Pacific Northwest National Laboratory, qui, comme le dit Paul Gunter de l’organisation Beyond Nuclear, a été «purgé» des sites Web gouvernementaux depuis qu’elle a été citée lors d’une réunion du NRC.

Question : Y a-t-il un signe que l’administration Biden contestera la décision du NRC ? Biden a parlé d’augmenter les énergies renouvelables. Son administration ne devrait-elle pas être alarmée par les extensions du NRC et par l’ensemble de l’industrie nucléaire en général ?

Karl Grossman : Cela reste à voir. Biden est pour une «énergie nucléaire avancée» – le terme actuel employé par les partisans du nucléaire pour des centrales nucléaires «nouvelles et améliorées». Ce que l’on appelle le «petit réacteur modulaire avancé» est particulièrement encouragé maintenant.

Malgré les absurdités manifestes des promoteurs nucléaires à ce sujet, des problèmes de sécurité persistent – et ils produiront des déchets nucléaires mortels.

La grande question nucléaire est la suivante : Biden peut-il prendre conscience de la vérité sur l’énergie atomique, à quel point elle est sale, dangereuse et coûteuse ?

Et concernant le NRC, le président nomme ses membres. Quel genre de choix Biden fera-t-il ? Il pourra nommer un nouveau président pour remplacer une personne nommée par Trump, démissionnant à la fin de ce mois.

«La Commission est composée de cinq membres, nommés par le président et confirmés par le Sénat, dont l’un est désigné par le président comme directeur», comme le reconnaît ici le NRC lui-même.

Voici la biographie du NRC de la directrice actuelle qui révèle sa solide expérience en génie nucléaire :

Le président actuel, l’honorable Kristine Svinicki, nommée présidente de la US Nuclear Regulatory Commission par le président Donald J. Trump le 23 janvier 2017. Elle remplit actuellement son troisième mandat, se terminant le 30 juin 2022. Elle a commencé son service à la Commission en 2008. La présidente Svinicki a une carrière distinguée en tant qu’ingénieure nucléaire et conseillère politique, travaillant aux niveaux du gouvernement fédéral et étatique, ainsi que dans les branches législative et exécutive. Avant de rejoindre le NRC, Svinicki a passé plus d’une décennie en tant que membre du personnel du Sénat des États-Unis à faire progresser un large éventail de politiques et d’initiatives liées à la sécurité nationale, à la science et à la technologie, à l’énergie et à l’environnement. Elle a également été membre du personnel professionnel du Comité sénatorial des forces armées, où elle était responsable du portefeuille des programmes et politiques de science et technologie de défense, et des activités de défense de l’énergie atomique du Département américain de l’énergie, y compris les armes nucléaires, le nucléaire et les programmes de sécurité et environnementaux. Auparavant, Svinicki a travaillé comme ingénieure nucléaire au département américain de l’énergie.

Question : Dans le pire des cas, quel serait l’effet de la défaillance des centrales nucléaires en raison d’une sécurité obsolète ? Parlons-nous de catastrophes de type Tchernobyl ? Le pire des cas est-il un risque réel ?

Karl Grossman : Oui, une catastrophe de type de Tchernobyl ou Fukushima serait un bon exemple des conséquences si on laisse les centrales nucléaires essayer de fonctionner pendant 100 ans. Tchernobyl était de conception soviétique ; les usines de Fukushima étaient de fabrication General Electric. La majorité des centrales nucléaires dans le monde ont été fabriquées ou conçues par GE ou Westinghouse.

Les conséquences d’une catastrophe dans une centrale nucléaire – les deux plus grands types d’accidents étant un emballement nucléaire ou une fusion du cœur – sont énormes.

En ce qui concerne Tchernobyl, voici une émission télévisée, « Tchernobyl : un million de victimes », que j’ai réalisée en interviewant Janette Sherman, rédactrice en chef du meilleur livre sur la catastrophe de Tchernobyl.

Question : Au cours des dernières semaines, les médias et les renseignements américains ont renouvelé les déclarations selon lesquelles la Russie aurait lancé des cyberattaques contre les infrastructures américaines, y compris les centrales nucléaires. On dirait que la Russie peut être un bouc émissaire pratique pour l’échec des centrales nucléaires, qui est un problème inhérent aux États-Unis, rien à voir avec les cyberattaques russes présumées. Des pensées à ce sujet ?

Karl Grossman : S’il y a un accident en laissant de vieilles centrales nucléaires essayer de fonctionner pendant 100 ans, les «Russkies» (1) pourraient-ils être blâmés par l’industrie nucléaire américaine ? Ce n’est pas au-delà de l’imagination de considérer que ces gens mentent comme ils respirent.

Par Finian Cunningham, traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone, (Source Strategic Culture) publié initialement le 20 janvier 2021 puis publié le 17 février 2021 par https://lesakerfrancophone.fr/lindustrie-nucleaire-decrepite-des-etats-unis-promet-une-catastrophe

Photo en titre : La centrale nucléaire Cooper du Nebraska Public Power District (NPPD) le 18 mars 2019. © Photo : REUTERS

Note : (1) Russkies est un drame américain réalisé par Rick Rosenthal, sorti en 1987.

https://lesakerfrancophone.fr/lindustrie-nucleaire-decrepite-des-etats-unis-promet-une-catastrophe