DIJON : UNE VIGIE CITOYENNE POUR LES DIX ANS DE L’ACCIDENT NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires et le réseau Sortir du nucléaire se sont retrouvés ce vendredi 12 mars à Dijon pour dénoncer «dix ans de fuites à Fukushima».

Communiqué du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaire du 13 mars 2021 :

14 ième VIGIE citoyenne CEA Valduc : L’Humanité est en danger et la France en rajoute

Ce 12 mars 2021, une trentaine de lanceurs d’alerte du ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ ont manifesté place Darcy à Dijon dans la cadre des Vigies Citoyennes, organisées chaque mois depuis janvier 2020.

Ils demandent :

– le respect par la France de ses obligations dans le cadre de l’article 6 du Traité de Non-prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et qu’elle viole allègrement depuis près de 30 ans (missiles balistiques intercontinentaux M-51 (plus de 6 000 km de portée) remplaçant les missiles M-45 (4 000 km de portée), missile de croisière ASMP-A (Air Sol Moyenne Portée Amélioré) emportés par les ‘Rafale’, programmes de simulation d’explosions nucléaires ‘Laser Mégajoule’ au Barp, programme ‘Epure’ au C.E.A. de Valduc dans le cadre du Traité franco-britannique Teutatès ;

– l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) voté à l’ONU en juillet 2017 par 122 États de la planète, entré en vigueur le 22 janvier 2021, qui est aujourd’hui la norme du droit international ;

– la reconversion progressive à des activités civiles des sites CEA-DAM (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives – Direction des applications militaires) et particulièrement celui de Valduc, à 40 km de Dijon, qui assure la maintenance et le perfectionnement des 290 bombes atomiques françaises.

La situation critique de l’Humanité et des habitants de la planète Terre

D’après une étude de l’OCDE sur le réchauffement climatique, avec une élévation du niveau des océans de 50 cm d’ici 2070, le nombre de réfugiés climatiques sera de 150 millions de personnes. Des sécheresses plus graves et fréquentes, avec incendies de forêts sont attendues dans les régions tempérées.

Concernant la biodiversité, les disparitions d’espèces de vertébrés ont été multipliées par 100 depuis 1900. Sur 27 600 espèces de mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens terrestres, 32 % de ces vertébrés sont en déclin. En Afrique, près de 500 000 km2 de terres sont déjà dégradées du fait de la déforestation, de l’agriculture non durable, du surpâturage, des activités minières, des espèces invasives ou du réchauffement climatique.

Les conditions intensives d’élevage des animaux ainsi que la déforestation, elles-mêmes fortement liées à une importante production et consommation de viande et d’huile de palme, sont aujourd’hui deux causes parfaitement identifiées de l’émergence de nouvelles zoonoses et pandémies.

Près de la moitié des habitants de la planète – soit 3,4 milliards d’individus – reste confrontée à de grandes difficultés pour satisfaire ses besoins élémentaires. En France, après avoir atteint un point bas au début des années 2000, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté augmente à nouveau.

415 000 fois Hiroshima, est-ce décent ?

Et pourtant, l’arsenal nucléaire mondial avec 13 865 bombes nucléaires, équivaut à 415 000 bombes d’Hiroshima. C’est un danger majeur dénoncé par le Secrétaire général de l’ONU, les scientifiques, les prospectivistes, le pape François, les citoyens, …

La France gaspille chaque année 6 milliards d’euros pour sa dissuasion nucléaire qui ne la protège ni du terrorisme, ni des ambitions expansionnistes de la Chine, ni des prétentions russes sur l’Arctique, mais qui encourage la prolifération et multiplie les risques d’accidents, d’erreurs humaines, de défaillances techniques, d’attaques cybernétiques.

Suivre l’exemple de Théodore Monod

Théodore Monod (1902-2000), philosophe, Résistant pendant la 2ème Guerre mondiale, naturaliste, professeur et chercheur au ‘Muséum national d’histoire naturelle’ a lutté contre l’arme nucléaire dès les années 1960 avec le ‘Mouvement contre l’armement atomique’ (MCAA).

En 1971, il défile avec des milliers de personnes, de Lyon au poste de commandement de la force de frappe nucléaire du Mont Verdun dans les monts du Lyonnais.

De 1982 à 1996 (âgé de 94 ans …), il jeûne chaque année du 6 au 9 août pour les commémorations des bombardements atomiques, à côté du PC de déclenchement de l’arme nucléaire de Taverny, près de Paris, avec une pancarte « La préparation d’un crime est un crime ». Il affirme « L’arme nucléaire, c’est la fin acceptée de l’humanité. Toutes les bombes sont naturellement répréhensibles et doivent être supprimées, mais la bombe atomique, c’est diabolique, inexpiable… ».

Comment les citoyens peuvent soutenir le TIAN ?

– Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
– Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
– Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
– Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et de défense de la démocratie.

Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, ‘Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Par Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires (http://abolitiondesarmesnucleaires.org, adresse mail: abolitiondesarmesnucleaires@orange.fr), tél : 06 14 24 86 96), publié le 13/03/2021 à 11h57

https://www.infos-dijon.com/news/vie-locale/vie-locale/dijon-une-vigie-citoyenne-pour-les-dix-ans-de-l-accident-nucleaire-de-fukushima.html