LE LUXEMBOURG SANS CONCESSION POUR LE NUCLÉAIRE BELGE

La centrale de Doel est située à 250 km de la capitale du Grand-Duché.

Le gouvernement a participé à la consultation publique concernant la prolongation de fonctionnement, jusqu’en 2025, des réacteurs de la centrale de Doel.

Sortir du nucléaire, d’accord. Mais pas tout de suite… Ainsi, dès 2015, le gouvernement belge avait-il exprimé le souhait de voir la centrale atomique de Doel continuer à produire des mégawatts jusqu’en 2025. Six ans plus tard, l’ambition reste la même. Sauf que depuis, deux décisions de la Cour européenne de justice et de la Cour constitutionnelle belge sont venues rappeler aux dirigeants du royaume qu’ils ne pouvaient prendre pareille décision en s’abstenant de toute évaluation environnementale ou d’une consultation publique. Deux choses  »omises » à l’époque…

Puisque désormais les avis sont sollicités, particuliers comme autorités gouvernementales peuvent donc faire connaître leur point de vue sur cette prolongation d’activité de deux réacteurs (sur quatre) de la centrale établie près d’Anvers et en service depuis 1975.

Pour les Länder allemands de Rhénanie-Palatinat et Rhénanie-du-Nord-Westphalie déjà, c’est nein! Une opinion partagée, bien entendu, du côté du ministère de l’Environnement luxembourgeois.

Interrogée sur le sujet par le député Mars di Bartolomeo (LSAP), la ministre Carole Dieschbourg (Déi Gréng) a ainsi rappelé, lundi, la position officielle du gouvernement. Dans le cas présent, comme pour tout ce qui concerne l’usage du nucléaire dans la production énergétique : un refus de toute prolongation a été signifié aux autorités belges. Le 29 juin dernier, l’avis officiel du pays a ainsi été transmis à la ministre belge de l’Environnement, Zakia Khattabi (Ecolo).

Déjà au printemps 2020, la ministre Carole Dieschbourg avait invité les Luxembourgeois à participer massivement à la consultation (enfin) lancée. Cela afin de s’exprimer sur le bonus d’activité des réacteurs de la centrale de Doel mais aussi sur la question de la gestion des déchets nucléaires. Une partie devant possiblement se retrouver enfouie pas si loin du Grand-Duché…

C’est écrit noir sur blanc

Sans ambiguïté. Si la Belgique avait un doute sur la position luxembourgeoise quant au fonctionnement de la centrale de Doel, Carole Dieschbourg a mis les points sur I. Dans l’avis rendu par le ministère de l’Environnement, il est ainsi noté : «J’insiste pour que les deux réacteurs nucléaires en question soient désactivés le plus tôt possible. La prolongation de l’exploitation des dites réacteurs nucléaires pour garantir la sécurité de l’approvisionnement en électricité est un argument peu convaincant par rapport aux risques, notamment en cas d’accident majeur». Et la ministre écologiste de souligner : «Chaque année de prolongation augmente ces risques et génère des déchets radioactifs dont le stockage n’est pas clarifié». 

Par Patrick JACQUEMOT, publié le 09 août 2021

https://www.wort.lu/fr/luxembourg/environnement-le-luxembourg-sans-concession-pour-le-nucleaire-belge-611112a0de135b923693cc45