EN NORMANDIE, LA GRANDE MARCHE À LA RENCONTRE DES TOURISTES POUR DÉBATTRE DU NUCLÉAIRE

L’association Nucléaire en Questions organise la 2ème édition de la Grande Marche. Lors de son passage devant la centrale de Paluel (Seine-Maritime), elle a bloqué la relève du personnel.

Dimanche 15 août, c’était à l’heure du déjeuner ! Comme un symbole, l’association caennaise Nucléaire en Questions s’est posée aux portes de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime) pour pique-niquer. Seulement, pas simple, car les entrées et les sorties ont immédiatement été interdites, bloquant ainsi la relève du personnel. À l’arrivée de la gendarmerie nationale, les marcheurs ont donc dû déjeuner à quelques centaines de mètres plus loin.

Cette action était prévue dans le programme de la 2ème édition de la Grande Marche. Partie de Cherbourg le 24 juillet, elle rejoindra l’Assemblée nationale mercredi 25 août après 32 haltes dans 4 départements (Calvados, Eure, Manche et Seine-Maritime) et autant de conférences. Pour les organisateurs, c’est surtout l’occasion d’aller à la rencontre des Normands et des touristes.

« On souhaite être une autre source d’information »

Au total, ce seront plus d’une centaine de marcheurs qui auront rejoint la Grande Marche, « avec pour but d’informer sur le nucléaire et la transition énergétique au fur et à mesure de nos passages dans les villes, les villages, sur les chemins ou sur les plages. Départager et démêler le vrai du faux autour de la question de l’avenir énergétique. Dialoguer de façon intelligente et sérieuse sans se voiler la face, d’autant que nous sommes à un moment charnière où l’État est en train de décider de repartir pour quatre-vingts ans de nucléaire à travers un grand coup de com. Nous, on souhaite être une autre source d’information », justifie Béatrice Hovnanian, une organisatrice.

À pied ou à vélo, ils abordent, ils argumentent, « mais on n’est pas là pour convertir. Tout le monde n’est pas d’accord. Même si moi, je suis pour la sortie du nucléaire, ici, la question n’est pas d’être pour ou contre. C’est complexe et on accepte d’aborder tous les sujets », complète la militante. C’est pour cela que chaque soir, plusieurs dizaines de personnes viennent échanger avec des spécialistes.

« Un impact sur des millions d’années »

La Grande Marche se veut donc ouverte à la discussion, « car 60 % des personnes rencontrées sont intéressées par le sujet, mais se posent la question Comment faire ? Ce n’est pas à nous de choisir. Tous admettent qu’il est capital d’entrer dans d’une transition énergétique, sinon on va droit dans le mur. Mais, même si aucune énergie est 100 % propre, le nucléaire impacte notre monde pour des millions d’années. Il y a des solutions, mais pas toutes prêtes. Ce n’est pas un plan simple », concède Béatrice Hovnanian.

À lire aussi : Nucléaire : certaines centrales françaises pourraient finalement fonctionner plus de 40 ans

Et cela s’entend auprès des vacanciers, comme Bertrand, de Rouen, pour qui « les images des pales d’éoliennes enterrées » lui font peur. À quelques mètres, sur son drap de bain, Émilie, de Tourcoing, avoue, elle, peu s’intéresser à ces questions, « car nous vivons depuis tellement longtemps avec le nucléaire que cela paraît sûr ». « Et puis, demande-t-elle, si nous n’en avons plus, combien paierons-nous l’électricité ? »

Béatrice Hovnanian entend tous ces arguments. Cependant, elle reste ferme : « Le nucléaire est invisible. C’est sur cette enveloppe écolo, protecteur de la nature et de la vie sauvage ou encore source d’emplois que travaille EDF. Seulement, le nucléaire est sale, coûteux et dangereux. Seulement 10 % des personnes rencontrées sont bornées, limite vulgaire à notre encontre avec des positions simplistes : On ne peut pas faire autrement. Vous êtes des tarés. De toute manière, vous voulez retourner au charbon. C’est court et bête ! »

Par Frédéric Durand, publié le 16 août 2021 à 14h52

Photo en titre : La Grande Marche est passée par la centrale de Paluel et a empêché la relève du personnel. LP/Frédéric Durand 

Retrouvez cet article et le programme de cette marche jusqu’au 25 août (arrivée à l’Assemblée Nationale) en cliquant sur : https://www.leparisien.fr/societe/en-normandie-la-grande-marche-a-la-rencontre-des-touristes-pour-debattre-du-nucleaire-16-08-2021-T7IP7M7O7FCUVAQUJP5OKACFHQ.php