PRISON FERME POUR DEUX OPPOSANTS AU PROJET D’ENFOUISSEMENT DES DÉCHETS NUCLÉAIRES À BURE

Deux hommes, opposés au projet d’enfouissement de déchets nucléaires dans la commune de Bure (Meuse), ont été condamnés à douze et neuf mois de prison avec sursis par le tribunal de Bar-le-Duc. Des associations dénoncent un procès « politique ».

Deux opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) ont été condamnés à neuf et douze mois de prison ferme, et quatre autres à des peines de six à neuf mois avec sursis, a annoncé mardi le parquet de Bar-le-Duc.

Lire aussi : Les antinucléaires de Bure devant la justice : vrais délinquants ou « procès politique » ?

Des opposants au projet dénoncent des peines disproportionnées

Un seul prévenu sur les sept a été relaxé, et tous l’ont été de l’accusation d’association de malfaiteurs, a précisé Me Alice Becker, avocate d’un des prévenus. On s’interroge sur l’opportunité de faire appel ou non, a-t-elle ajouté.

La justice reconnaît par ce délibéré qu’il s’agissait d’une construction policière grossière, de la pure fiction, du fantasme politico-judiciaire. Mais le mal est fait : l’instruction liberticide aura duré quatre longues années, a réagi dans un tweet le Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs (Cedra).

Ce collectif a aussi dénoncé des peines lourdement disproportionnées par rapport aux charges qui restent.

Un an ferme requis

Le parquet de Bar-le-Duc avait requis début juin un an de prison ferme contre un des opposants à ce projet controversé et des peines de 10 à 18 mois avec sursis contre les six autres prévenus, à l’issue d’un procès que la défense n’avait cessé de dénoncer comme politique.

Les sept prévenus, quatre hommes et trois femmes, âgés de 28 à 48 ans, répondaient de leur participation à une manifestation non déclarée, organisée le 15 août 2017, l’un des nombreux épisodes d’une protestation au long cours contre ce projet de centre de stockage de déchets nucléaires hautement radioactifs à Bure.

Conduit par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), le projet baptisé Cigéo vise à enfouir, à 500 m sous terre, 85 000 m3 des déchets les plus radioactifs du parc nucléaire français, à partir de 2 035.

Par Ouest-France avec AFP, publié le 21/09/2021 à 12h40

Image en titre : Carte montrant la ville de Bure, dans la Meuse. | OUEST-FRANCE

https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/prison-ferme-pour-deux-opposants-au-projet-d-enfouissement-des-dechets-nucleaires-a-bure-b479d05a-1ac6-11ec-ad4d-4f7698541bae