L’INTRUSION DE MILITANTS DE GREENPEACE À LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE CRUAS À NOUVEAU DEVANT LA JUSTICE

En novembre 2017, 22 militants de Greenpeace s’introduisent sur la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche. L’ONG est condamnée à verser 670.000 euros de dommages à EDF. Une peine « disproportionnée » que Greenpeace conteste. La Cour d’appel de Nîmes étudie l’affaire ce vendredi.

Greenpeace conteste sa condamnation financière après l’intrusion de militants sur la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche. Le 28 novembre 2017, 22 militants de l’ONG environnementale sont rentrés sur le site ardéchois pour dénoncer sa vulnérabilité. Ils ont découpé le grillage d’enceinte pour rentrer, ils ont allumé des fumigènes, et laissé des empreintes de mains à la peinture sur une piscine d’entreposage de combustibles usés. Ils voulaient montrer que ces équipements sensibles sont facilement accessibles et vulnérables. Les militants ont écopé de 4 mois de prison avec sursis.

Mais Greenpeace est aussi condamné à payer 670 000 euros à EDF, au titre du préjudice matériel, économique et moral. Une peine record. Greenpeace fait appel. C’est disproportionné estime Laura Monnier, responsable juridique de l’ONG : « on a déjà été condamné et on est généralement condamné pour des dégradations matérielles. Mais la question du préjudice moral et économique est très récente. On sent vraiment qu’il y a un changement de stratégie des tribunaux et de l’industriel EDF, qui vise à nous museler, à nous dissuader de nous exprimer et de mener des actions pour alerter les pouvoirs publics et les citoyens. »

Greenpeace dénonce aussi la manière dont a été fixé le montant du préjudice. Le tribunal correctionnel avait désigné un expert judiciaire, qui aurait seulement consulté EDF, pas les militants qui ont mené l’action ni les avocats de Greenpeace. Nous avons sollicité EDF qui n’a pas souhaité s’exprimer sur une affaire en cours devant les tribunaux.

La Cour d’appel de Nîmes a examiné l’affaire ce vendredi matin et a mis sa décision en délibéré au 1er juillet.

Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche, publié le vendredi 15 avril 2022 à 3h09

Photo en titre : La centrale nucléaire de Cruas Meysse en Ardèche © Radio France – Stéphane Milhomme

https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-combustible-de-l-epr-de-flamanville-edf-ne-proposera-pas-de-solutions-avant-plusieurs-semaines_50277709.html