TAXONOMIE EUROPÉENNE : À STRASBOURG, LES ÉCOLOGISTES DISENT NON AUX « ÉNERGIES DES DICTATEURS »

Mardi 5 juillet, près de 200 militants venus de toute l’Europe ont mené des actions au sein de la capitale européenne. Objectif : dissuader les eurodéputés de voter un texte qui financerait le gaz fossile et le nucléaire en tant qu’énergies de transition.

Strasbourg (Grand Est), reportage

#NotMyTaxonomie. C’est autour de ce mot d’ordre qu’une coalition d’activistes climat s’est donné rendez-vous à Strasbourg, mardi matin, à quinze minutes à pied du Parlement européen. Des militants italiens, allemands, polonais, autrichiens ou encore ukrainiens, âgés de 18 à 25 ans pour la plupart, bien décidés à peser sur le vote de la taxonomie européenne prévu ce mercredi.

Classification visant à flécher des investissements en direction des énergies propres, la taxonomie européenne a fait l’objet d’un amendement de la Commission européenne en février dernier, pour intégrer le nucléaire et le gaz fossile au nombre des énergies à financer. Un non-sens absolu pour les organisations du mouvement climat.

« Au début des discussions autour du texte, il y a eu d’énormes désaccords sur l’inclusion de ces énergies dans la taxonomie, dit Pauline Boyer, chargée de campagne nucléaire pour Greenpeace France. Elles n’ont pas été retenues dans la première liste. Malheureusement, le lobby français du nucléaire s’est allié à celui des pays progaz pour influencer la Commission européenne. Telle qu’elle a été imaginée, la taxonomie est un bon outil, mais il a été dévoyé. » L’activiste regrette également un « déni de démocratie » dans le processus législatif, n’ayant pas permis d’autres débats au Parlement que celui prévu ce mardi après-midi.

Les militants se sont rassemblés devant le Parlement européen. © Adrien Labit/Reporterre

Soutenir l’Ukraine ou financer le gaz russe

Contrariés dans leurs plans par un arrêté préfectoral promulgué la veille et instaurant un périmètre de sécurité renforcé autour des institutions européennes, les militants ont pourtant investi les abords du Parlement pour une première prise de parole à destination des eurodéputés en milieu de matinée. Entourés de policiers, une trentaine d’activistes de Greenpeace, ANV-COP21 et des Amis de la Terre a brandi des drapeaux bleu et jaune et appelé à la solidarité avec l’Ukraine.

« Le fait de faire entrer le gaz et le nucléaire dans la taxonomie européenne enrichit directement Vladimir Poutine, ses proches et l’industrie russe en général, a rappelé Zoé Mary, porte-parole d’ANV-COP21. Aujourd’hui, la Russie produit 45 % du gaz consommé au sein de l’Union européenne et 20 % de l’uranium enrichi. Quand on se positionne pour la paix en Ukraine, on ne peut pas donner des intérêts à ces entreprises. »

ANV-COP21, Greenpeace et Les Amis de la Terre ont participé à l’action devant le Parlement européen mardi 5 juillet au matin. © Adrien Labit/Reporterre

Après s’être dispersés une première fois en milieu de matinée, les militants se sont retrouvés à 11 h 30 à proximité du centre-ville pour une nouvelle manifestation en direction du Parlement européen. Bella Ciao a retenti sur les marches du palais universitaire de Strasbourg, porté par l’énergie communicative des activistes de Fridays For Future Italie. Le cortège s’est mis en branle en musique, avec slogans et chorégraphies.

Environ 200 personnes formaient le cortège. © Adrien Labit/Reporterre

Arrivés au Parlement européen, les militants ont été stoppés dans leur progression par un cordon de forces de l’ordre et se sont installés sur un pont, en face de l’institution. Des canoës pilotés par des activistes les ont rejoints un quart d’heure plus tard en remontant la rivière Ill, coulant au pied du bâtiment. Ils ont toutefois été arrêtés par la police fluviale avant de pouvoir mener une action. Tout comme la trentaine de nageurs qui s’est jetée à l’eau, en face de l’institution toujours, un quart d’heure plus tard.

Malgré un arrêté préfectoral interdisant les rassemblements aux abords du Parlement européen, une trentaine de militants ont réussi à s’installer devant le bâtiment tôt dans la matinée. © Adrien Labit/Reporterre

Avant de se disperser pour la dernière fois de la journée, les militants ont organisé une nouvelle série de prises de parole. « Arrêtez de financer des énergies qui bénéficient à des dictateurs, a scandé Dominika Lasota, porte-parole de Fridays For Future Pologne, dans son mégaphone. Les énergies renouvelables sont les seules énergies de paix. »

Dominika Lasota de Friday For Future Pologne prend la parole devant le Parlement européen. La militante exhorte les élus européens à ne pas soutenir la Russie en finançant l’industrie du gaz.

Par Anne Mellier et Adrien Labit, (photographies) publié le 6 juillet 2022 à 09h34, mis à jour le 6 juillet 2022 à 12h14

https://reporterre.net/Taxonomie-europeenne-a-Strasbourg-les-ecologistes-disent-non-aux-energies-des-dictateurs?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

NOTE de Reporterre :

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. Plus de 27 000 lecteurs financent le journal par des dons, lui permettant de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à beaucoup d’autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaire ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Nous fournissons tous nos articles gratuitement, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population et les communautés, et s’engager. Tout le monde peut bénéficier d’un accès libre à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner