LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE BLAYE AUTORISÉE À REJETER DES EAUX PLUS CHAUDES QUE LA NORMALE À CAUSE DE LA CHALEUR

Depuis le samedi 6 août, la centrale nucléaire de Blaye a l’autorisation de rejeter de l’eau plus chaude que la normale. C’est le cas pour quatre autres centrales en France. Mais peut-il y avoir des conséquences sur l’environnement ?

Depuis le samedi 6 août, la centrale de Blaye est autorisée à rejeter dans l’estuaire de la Gironde, de l’eau à une température plus élevée que ce qui la contraint en temps normal. Une dérogation prise par l’État à cause des fortes chaleurs qui touchent le pays. Quatre autres centrales sont concernées. Ces eaux prélevées sont utilisées pour refroidir les réacteurs des centrales, puis rejetée, à une température plus élevée qu’initialement. Avec la canicule, l’eau est plus chaude que la normale, et donc ressort également à une température plus élevée, et pourrait dépasser les seuils autorisés. Sans les dérogations prises par l’État, les centrales pourraient se retrouver obligées de réduire ou même d’arrêter leur activité afin de limiter l’échauffement des cours d’eau. Alors que le maintien à un niveau minimum de production est de « nécessité publique » selon l’État. La dérogation est valable jusqu’au 11 septembre. 

Des conséquences pour l’environnement ?

Le chercheur de l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) en Nouvelle-Aquitaine, Jérémy Flory, spécialiste de l’estuaire de la Gironde et des conséquences de la présence de la centrale de Blaye explique que pour l’instant, il n’existe que « des hypothèses » sur les conséquences du rejet de ces courants chauds en période de canicule. Les phénomènes n’ont pas été assez étudiés. Ce qu’il pourrait arriver est une dégradation des organismes fixes, comme les mollusques, au niveau de la rive sur laquelle est la centrale, s’ils ne sont pas adaptés aux vagues de chaleur. 

L’association de protection de l’environnement SEPANSO regrette de son côté que les limites définies par l’État ne soient pas respectées et qu’il faille y déroger : « on voit bien la limite du système » explique Patrick Maupin, en charge du dossier. 

Par Jeanne Maisiat, France Bleu Gironde, publié le mardi 23 août 2022 à 17h43

Photo en titre : La centrale nucléaire du Blayais vue depuis l’un des Diesels d’ultime secours. © Radio France – Yvan Plantey

https://www.francebleu.fr/infos/environnement/la-centrale-nucleaire-de-blaye-autorisee-a-rejeter-des-eaux-plus-chaudes-que-la-normale-a-cause-de-1659983136

NDLR : avec les énergies solaires ou éoliennes, ce problème n’existe pas ! Ne jamais oublier que le nucléaire crée de la chaleur qui n’existe pas sur notre planète et qu’il en rejette les 2/3 qui ne servent à rien !