L’ICAN COMMUNIQUE SUR LE TRAITÉ DE NON-PROLIFÉRATION NUCLÉAIRE

Tardivement dans la soirée du 26 août aux Nations unies (New York), le président Zlauvinen de la 10ème Conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire donne un dernier coup de marteau. La sentence est tombée, cette conférence est un nouvel échec.

Certes, c’est bien la diplomatie russe qui n’a pas accepté les conclusions et recommandations du document final, jugeant le langage discriminatoire à son encontre, trop favorable à l’Ukraine, avec en plus une non-reconnaissance de sa souveraineté sur les installations nucléaires de Zaporijjia. 

Mais soyons très clair depuis l’ouverture de la conférence (1er août), tous les États dotés d’armes nucléaires – États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni – sans exception, n’ont cessé à travers leurs interventions d’entacher la crédibilité de l’architecture de non-prolifération et de maîtrise des armements, en diminuant ou en expurgeant toutes mesures sur le désarmement trop contraignante et radicale à leur goût. 

Nous avions déjà alerté dans nos communications du danger de cet échec et de la responsabilité portée par les États dotés, dont la France, car ils poursuivent tous une politique de modernisation et de renouvellement de leur arsenaux nucléaires. 

Au lendemain de cet échec, notre Campagne ICAN France appelle :

  • La France à agir dans l’esprit et dans la lettre du TNP en mettant en œuvre de « bonne foi » l’article 6 de ce traité engage les États membres « à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire » ;
  • La France à réaliser les obligations acceptées dans le document final de 1995, 2000 et 2010, comme par exemple « adopter des mesures de désarmement concrètes » et « réduire encore le rôle et l’importance des armes nucléaires dans tous les concepts, doctrines et politiques militaires et de sécurité » ;
  • Les parlementaires des commissions défense et affaires étrangères, dans la perspective de la nouvelle loi de programmation militaire, à ouvrir un débat public sur la politique de dissuasion (coût, respect du droit international, pertinence en terme de défense…) et sur les conséquences humanitaires en cas d’emploi d’armes nucléaires – volontaire ou accidentel – pour la population française ;
  • Les parlementaires à soutenir le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, en rejoignant la trentaine d’élu.e.s français.e.s (1 800 dans le monde) qui ont signé « l’Appel des parlementaires », mis en place par notre campagne, pour promouvoir cette nouvelle norme du droit international.

Vous pouvez également retrouver notre tribune « Armement nucléaire: «La Russie n’est pas seule responsable de l’échec de la conférence du TNP » publiée dans le journal L’Opinion ce 2 septembre.

APPEL :

Engageons les villes à soutenir le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires

C’est avec un très grand plaisir que nous saluons l’arrivée de Bordeaux dans la liste des signataires de notre Appel des villes pour soutenir le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Une signature réalisée lors d’une cérémonie, le 6 août à l’occasion de la commémoration du drame de Hiroshima. 

Soixante quatre villes françaises (519 dans le monde) ont signé cet Appel pour montrer leur opposition aux armes nucléaires.

Mais, nous avons besoin de vous pour engager de nouvelles villes, pour ouvrir le débat, faire pression sur les élue·e·s. Qui de mieux que vous pour solliciter votre Maire ? Oui, vous avez le pouvoir de changer les choses en soumettant une demande de signature de l’Appel à votre Maire. 

Chaque nouvelle signature nous permet de progresser dans notre campagne sur la nécessité d’engager un vaste débat public afin de remettre en cause cette politique de dissuasion nucléaire.

Vous trouverez ici sur cette page des documents pour engager la démarche et surtout nous sommes à votre écoute pour vous accompagner jusqu’à la cérémonie de signature.

Vous connaissez vos conseillers municipaux, votre maire, adressez-lui un courrier – email (généralement disponible sur le site des mairies).

Alors, la prochaine ville sera-t-elle la vôtre ?

Message reçu le 4 septembre à 07h31

Retrouver l’association ICAN ((International Campaign to Abolish Nuclear Weapons) sur le site : http://icanfrance.org/