LES ÉTATS-UNIS ADMETTENT ENFIN QUE L’UKRAINE A BOMBARDÉ LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE ZAPORIZHZHIA

Des responsables américains anonymes, selon le New York Times, ont admis que les explosifs tirés contre la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia l’ont été par le gouvernement ukrainien, et non par le gouvernement russe. De plus, ces responsables ont clairement indiqué que les attaques de l’Ukraine contre la centrale sont un élément clé du plan ukrainien pour gagner sa guerre contre la Russie, soutenue et conseillée par les États-Unis, sur les champs de bataille de l’Ukraine, avec des soldats ukrainiens.

Zaporizhzhia est une ville d’Ukraine qui se trouve en territoire contrôlé par la Russie, et la stratégie de l’Ukraine consiste à détruire la capacité de la centrale à fonctionner, de sorte que les zones contrôlées par la Russie ne puissent plus bénéficier de la production d’électricité de cette centrale. Le gouvernement des États-Unis a aidé le gouvernement ukrainien à élaborer ce plan, selon le New York Times.

Cette information a été enterrée par le Times à 85 % dans un article de 1 600 mots publié le 13 septembre, intitulé « Le moment critique derrière l’avancée rapide de l’Ukraine« , dans lequel on peut lire : « Finalement, les responsables ukrainiens pensent que leur succès à long terme passe par la réalisation des objectifs initiaux de la stratégie abandonnée, notamment la reprise de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, l’isolement des forces russes à Mariupol et le repli des forces russes à Kherson au-delà de la rivière Dnipro, selon des responsables américains.« 

Lorsque les inspecteurs de l’AIEA sont arrivés dans cette centrale le 1er septembre, après avoir longuement tenté de s’y rendre pour l’inspecter, mais que le gouvernement ukrainien a bloqué leur accès, et que l’AIEA a commencé à fournir des rapports sur ce qu’ils ont trouvé dans la centrale, aucune mention n’a été faite, jusqu’à présent, sur celui des deux belligérants qui a tiré ces bombes sur la centrale. Même lorsque l’AIEA a titré le 9 septembre « Déclaration du directeur général sur la situation grave à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhya« , et a signalé que la capacité de fonctionnement de la centrale « a été détruite par le bombardement du poste d’aiguillage de la centrale thermique de la ville, entraînant une panne d’électricité complète dans » toute la région, et que « C’est totalement inacceptable. Il a conclu en disant qu’il « appelle d’urgence à l’arrêt immédiat de tous les tirs d’artillerie dans toute la région« , sans préciser lequel des deux camps tirait sur la centrale pour la mettre hors d’état de nuire et lequel des deux camps tirait à l’extérieur de la centrale pour la protéger de ces tirs. Auparavant, on savait seulement que la ville de Zaporizhzhia était et reste sous contrôle russe depuis le 4 mars. Par conséquent, tous les médias et les journalistes savaient que (depuis que la Russie était à l’intérieur et l’Ukraine à l’extérieur) la Russie défendait l’usine et l’Ukraine l’attaquait, mais jusqu’à ce que les « officiels américains » laissent échapper, dans ce reportage, le fait que c’était effectivement le cas, aucun média occidental n’avait publié ce fait auparavant – ni même enterré dans un reportage.

Ainsi, bien que rien à cet égard ne puisse encore être considéré comme officiel, ou neutre, ou exempt de crainte ou d’intention réelle de mentir, il y a finalement, au minimum, enterré dans ce rapport d’information du New York Times, une déclaration qui provient de « responsables américains« , affirmant que c’est le cas, et le Times laisse également échapper que ce « bombardement » de cette usine est une partie importante du plan directeur conjoint États-Unis-Ukraine pour vaincre la Russie en Ukraine. Il fait partie du même plan directeur, que le gouvernement américain a recommandé au gouvernement ukrainien, et qui comprend également la récente reprise réussie par l’Ukraine des terres contrôlées par la Russie près de la grande ville ukrainienne de Kharkov, dont la reconquête par l’Ukraine est également incluse dans le plan directeur. Selon le New York Times, les deux opérations – le bombardement de la centrale nucléaire et la reconquête de ces terres près de Kharkov – faisaient partie de ce plan directeur.

Le rapport du Times affirme que :

. Longtemps réticents à partager les détails de leurs plans, les commandants ukrainiens ont commencé à s’ouvrir davantage aux responsables du renseignement américain et britannique et à leur demander conseil. Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale, et Andriy Yermak, conseiller principal de M. Zelensky, ont discuté à plusieurs reprises de la planification de la contre-offensive, selon un haut responsable de l’administration. Le général Mark A. Milley, président des chefs d’état-major interarmées, et les hauts responsables militaires ukrainiens ont régulièrement discuté du renseignement et du soutien militaire.

. Et à Kiev, les responsables militaires ukrainiens et britanniques ont continué à travailler ensemble tandis que le nouvel attaché de défense américain, le général de brigade Garrick Harmon, a commencé à avoir des entretiens quotidiens avec les officiers supérieurs ukrainiens.

Par Éric Zuesse, publié le 15 septembre 2022

https://southfront.org/u-s-finally-admits-ukraine-bombs-zaporizhzhias-nuclear-power-plant/