GUERRE EN UKRAINE : TORTURES, KIDNAPPINGS… QUE SAIT-ON DES PRISONNIERS DE LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE ZAPORIJJIA ?

Une cinquantaine d’employés de la centrale nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, sont toujours détenus par la Russie, qui a kidnappé des hauts responsables du site de production énergétique. Les conditions de détention de ces prisonniers soulèvent des inquiétudes. 

Le directeur de l’entreprise publique ukrainienne de production d’énergie nucléaire, Energoatom, a annoncé le 19 octobre qu' »environ cinquante» employés de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée militairement par la Russie depuis mars, sont « toujours prisonniers » L’état de la centrale, visée par des bombardements récurrents, est toujours préoccupant, alors que l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA) a noté l’explosion de mines dans l’entourage de l’installation nucléaire le 18 octobre.

À lire aussi : Guerre en Ukraine : que prévoit la loi martiale instaurée par Poutine dans les territoires annexés ?

Des employés « torturés » et « tués »

« Plus de 150 employés de la centrale ont été capturés» depuis le début de l’invasion russe a affirmé Petro Kotine. Selon lui, « certains ont ensuite été relâchés, mais il y a ceux dont on ignore toujours le sort […] Environ 50 personnes sont toujours prisonnières ».

« Nous ferons appel à la communauté internationale pour aider à les libérer », a revendiqué Petro Kotine, qui a expliqué que parmi les prisonniers dont on connaît le sort se trouvent des employés « qui ont été tués, et d’autres qui ont été torturés« . Le patron d’Energoatom affirme que l’opérateur nucléaire publiera dans les prochains jours la liste des employés toujours aux mains des Russes.

Plusieurs dysfonctionnements sont par ailleurs recensés dans la centrale, qui a été relancée le 18 octobre, après 3 pannes en 10 jours. Pendant les pannes, des générateurs diesel assurent l’alimentation électrique nécessaire au maintien de la sécurité de la centrale.

Le kidnapping de plusieurs responsables

Le 18 octobre, Enerogatom a également accusé l’armée russe d’avoir « enlevé » deux cadres de la centrale de Zaporijjia : le directeur informatique de la centrale, Oleg Kostioukov, et le directeur général adjoint Oleg Ocheka. Petro Kotine affirme « ne pas savoir où ils se trouvent » pour le moment.

Le dirigeant de l’opérateur nucléaire est aussi revenu sur l’enlèvement d’Igor Mourachov, ex-directeur général de la centrale de Zaporijjia, kidnappé puis libéré par la Russie en septembre. « Ils l’ont gardé dans un sous-sol pendant trois jours », affirme le chef d’Energoatom. « N’est-ce pas de la torture s’il devait s’asseoir sur une chaise pendant une journée entière avec un sac sur la tête ? ». Petro Kotine a aussi indiqué que les Russes ont « enregistré avec M. Mourachov des vidéos à des fins de propagande ».

Publié le 21/10/2022 à 07h00

Photo en titre : La centrale de Zaporijjia est soumises à des tirs réguliers dont la provenance est contestée par l’Ukraine et la Russie / PxHere

https://www.ladepeche.fr/2022/10/21/guerre-en-ukraine-tortures-kidnappings-que-sait-on-des-prisonniers-de-la-centrale-nucleaire-de-zaporijjia-10750879.php