L’IRAN NE NÉGOCIERA PAS SUR LA QUESTION NUCLÉAIRE SOUS LA PRESSION ET LA MENACE (PORTE-PAROLE)

TÉHÉRAN, 5 décembre (Xinhua) — Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a déclaré lundi que l’Iran ne négocierait pas sous la pression et la menace au sujet de la relance de l’accord nucléaire de 2015.

L’Iran respecte toujours le processus de négociation et a pour objectif de compléter l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun (PAGC), a indiqué M. Kanaani lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Cependant, « les responsables américains savent que l’Iran ne souhaite pas négocier et faire de concessions sous la pression et la menace« , a-t-il souligné.

Le porte-parole a fait savoir que l’Iran était engagé envers ce pacte et remplissait ses obligations, tandis que les États-Unis ont violé l’accord et que les parties européennes n’ont pas tenu leurs engagements et n’ont pas pu compenser le retrait unilatéral et illégal des États-Unis.

« Nous conseillons aux parties européennes au PAGC de ne pas céder aux États-Unis« , a-t-il ajouté.

L’Iran a signé le PAGC avec plusieurs puissances mondiales en juillet 2015, acceptant de réduire son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions contre le pays. Les États-Unis se sont néanmoins retirés de l’accord en 2018 et ont réimposé des sanctions contre l’Iran, poussant ce dernier à abandonner certains de ses engagements nucléaires.

Les pourparlers sur la relance du PAGC ont commencé en avril 2021 dans la capitale autrichienne Vienne. Aucune percée n’a été réalisée au cours du dernier cycle de négociations au début du mois d’août dernier.

Par French.news.cn, publié le 05 décembre 2022 à 21h10

http://french.xinhuanet.com/20221205/0160ddd994504d0a93ab78b256f7ff3b/c.html