Tag: Cominak

NIGER : FERMETURE DE LA MINE D’URANIUM COMINAK, UNE POLLUTION RADIOACTIVE A LONG TERME

Hier le31 mars 2021, la mine d’uranium exploitée par la COMINAK, filiale d’ORANO à Arlit au Niger, a cessé son activité. La CRIIRAD et son partenaire nigérien l’ONG AGHIRIN’MAN dénoncent les impacts sanitaires, sociaux et environnementaux qui en découlent. Nous attirons notamment l’attention sur l’insuffisance du programme d’accompagnement mis en place pour les 800 sous-traitants qui …

Lire la suite

NIGER: FERMETURE D’UNE DES PLUS GRANDES MINES D’URANIUM

L’une des plus grandes mines souterraines d’uranium au monde ferme ses portes. La Compagnie minière d’Akouta (Cominak), filiale d’Orano Cycle (multinationale française, ex-Areva), qui exploitait depuis 1978 des gisements d’uranium dans la province d’Agadez, au nord du Niger, arrête sa production ce mercredi 31 mars. Une fermeture réalisée dans des conditions non satisfaisantes pour les …

Lire la suite

LA FRANCE ENTEND ASSURER LA CONTINUITÉ DE LA PRODUCTION DE L’URANIUM DANS LE NORD NIGER (DG ORANO)

NIAMEY, 12 Mars (ANP) – La France, à travers son géant du nucléaire civil le groupe Orano (ancien Areva), entend assurer la continuité de la production de l’uranium dans le Nord Niger. L’information a été portée à l’opinion par le Directeur Général dudit groupe, M. Nicolas Maes, à l’issue d’une audience que lui a accordée …

Lire la suite

NIGER : LES MINES D’URANIUM NE SONT PLUS RENTABLES, VICTIMES DE L’EFFONDREMENT DES COURS MONDIAUX

La production d’uranium, qui représentait encore 60% des recettes d’exportation du Niger en 2010, est dans une mauvaise passe. Les mines s’épuisent et sont trop chères à exploiter, depuis que les cours se sont effondrés à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima.  Les deux mines d’uranium nigériennes du français Orano (ex-Areva) sont mal en …

Lire la suite

AREVA VA LICENCIER PLUSIEURS CENTAINES DE SALARIÉS AU NIGER

Le groupe nucléaire français Areva a annoncé lundi des licenciements en 2018 dans une de ses filiales au Niger. Plusieurs centaines de salariés seraient concernés, selon une source syndicale. « Les conditions du marché sont très difficiles et les prix de l’uranium très bas, à 20 dollars la livre. Somaïr doit adapter son organisation industrielle et …

Lire la suite