Oct 08

L’ARGENTINE MISE SUR LES RÉACTEURS NUCLÉAIRES À BASSE PUISSANCE

argentineL’Argentine a commencé en 2014 la construction d’un réacteur nucléaire à basse puissance. Censé répondre en partie aux besoins du pays, cette tête de série a vocation également à servir de vitrine pour un plan de commercialisation à l’international.

Buenos Aires mise beaucoup sur cette technologie pour atteindre un marché en développement, dominé jusqu’à présent par les Américains, Russes, et Chinois.

Le réacteur prototype CAREM-25 est actuellement en construction à Atucha, au bord du fleuve Parana sous la supervision de la Commission nationale argentine de l’énergie atomique (CNEA). Il est issu d’un modèle plus ancien de réacteur à eau pressurisée de 100 MWt (27 MWe brut). Il sera équipé de 12 générateurs de vapeur et est conçu pour être utilisé comme un réacteur de recherche, pour la production d’électricité ou pour le dessalement de l’eau de mer (avec 8 MWe dans la configuration cogénération). Le système de refroidissement primaire du réacteur se situe dans la cuve sous pression du réacteur (11 m de haut, 3,5m de diamètre). Il est auto-pressurisé et ne se sert que de convection (pour les modules de moins de 150 MWe). La version finale destinée à l’export sera d’environ 300 MWe.

Car l’Argentine espère bien vendre son réacteur à l’étranger et prévoit de créer une entreprise publique à cet effet dès l’année prochaine. « Nous pouvons commercialiser un module de quatre réacteurs, soit 480 MW, ce qui est beaucoup plus pratique (pour les acheteurs) qui ne sont pas intégrés au réseau central comme les îles, certains réseaux d’Amérique latine et d’Asie », a déclaré Julian Gadano, sous-secrétaire argentin à l’énergie nucléaire. « Nous aurons besoin d’un partenaire financier pour cette entreprise, avec les épaules pour aller à l’international », estime-t-il. Certes les réacteurs à basse puissance sont peu connus, mais une certaine dynamique active ce marché. Si la commercialisation de CAREM n’est pas prévue avant 2022, Buenos Aires a déjà de grandes ambitions : « c’est un marché de dizaines de milliards de dollars, et il est possible et facile de capter 20% de ce dernier », estime un brin optimiste Julian Gadano. L’Argentine vient de signer son premier contrat (35 M$) avec le Brésil pour un réacteur multi-usage…

Article écrit par Romain Chicheportiche

La suite sur : http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/argentine-reacteurs-nucleaires-basse-puissance-37098/