Nov 16

L’INITIATIVE SUR LE NUCLÉAIRE GAGNERAIT DEVANT LE PEUPLE MAIS LES CANTONS PEUVENT LA TORPILLER !

initiative-suisseVotation du 27 novembre: l’initiative anti-atome des Verts, serait acceptée selon notre dernier sondage Tamedia. Mais les cantons pourraient la torpiller.

Se dirige-t-on vers une surprise? A première vue, oui. Le 3e sondage Tamedia, effectué auprès de 15 400 personnes, donne l’initiative «Sortir du nucléaire» gagnante devant le peuple. Les 57% des gens interrogés l’approuvent alors que 42% la rejettent. Un résultat inespéré pour les initiants. Mais la messe antinucléaire est loin d’être dite. Car pour entrer dans la Constitution, une initiative fédérale doit recueillir la majorité des cantons. Et là, les sondeurs se montrent sceptiques. La fin de campagne pèsera donc lourd. Examinons d’abord les données de notre sondage effectué en ligne les 10 et 11 novembre. Avec 57% de oui, on constate que l’initiative a légèrement augmenté son taux d’approbation par rapport aux deux précédentes consultations qui la créditait de 55 puis 56% des voix. Faut-il y voir un trend ascendant? Non. On se trouve dans la marge d’erreur et les sondeurs y voient simplement une stabilité du soutien à l’initiative. Ce qui est déjà un exploit. D’habitude en effet, une initiative recule sous les coups de boutoir de la campagne des autorités.
Avec 63% de oui, la Suisse romande approuve nettement l’initiative qui veut fixer une date limite aux centrales nucléaires. La Suisse alémanique et la Suisse italophone manifestent un soutien plus réservé avec 54% des voix. Du côté des partis, l’approbation est immense à gauche avec des taux de 95% chez les Verts ou 87% au PS. Inversement, la droite n’arrive pas à convaincre l’ensemble de ses sympathisants à voter non. Au PLR et à l’UDC, environ un tiers des personnes interrogées disent oui à l’initiative. Les sympathisants PDC et PBD se révèlent même majoritaires à valider la fermeture des centrales.
Le spectre des familles
Le politologue Fabio Wasserfallen, qui a collecté et analysé les données du sondage avec Lucas Leemann, donne à l’initiative une bonne chance de l’emporter devant le peuple. Mais il tire immédiatement la sonnette d’alarme. Cette même initiative pourrait crever au poteau faute d’obtenir la majorité des cantons. Pourquoi? «Elle est mieux acceptée dans les villes que dans les campagnes, dans la Suisse romande qu’en Suisse alémanique. Les cantons de Suisse centrale pourraient faire la différence comme cela avait été le cas avec la votation sur les familles en 2013.» Le scrutin sur la politique familiale voulue par Alain Berset est en effet intéressant. L’arrêté avait été accepté par le peuple à 54,3% mais rejeté par 11 cantons et 4 demi-cantons.
Ce scénario est dans toutes les têtes. Il est craint par les partisans de l’initiative et vivement espéré par les opposants. «Je pense que Genève, Vaud, Neuchâtel et le Jura seront dans le camp du oui», calcule la conseillère nationale Isabelle Chevalley. «Le Valais dira non et Fribourg est sur le ballant.» Ce qui irrite particulièrement l’élue Vert’libérale dans cette fin de campagne? «L’argument comme quoi, si l’initiative passe, il faudra importer de l’électricité à base de charbon ou de nucléaire. Mais on le fait déjà aujourd’hui pour des raisons de business! C’est donc de l’escroquerie intellectuelle», s’échauffe la Vaudoise. En tout cas, elle sent une motivation plus grande dans le camp du oui que dans celui du non.
«Cette campagne est tronquée»
Du côté des opposants, on ne s’excite pas avec les derniers chiffres qui donnent l’initiative gagnante devant le peuple. «Il n’y a qu’à regarder du côté des USA pour se rendre compte que les sondages ne sont pas très fiables», note placidement le conseiller national PLR Benoît Genecand. Il y a cependant un point qui le chiffonne. «Cette campagne est tronquée. On veut nous faire croire que le débat porte sur la question de sortir ou non du nucléaire. Ce n’est pas le cas. L’enjeu porte uniquement sur la date de sortie du nucléaire.» Et le Genevois de reprocher aux initiants de n’avoir «pas de solution de remplacement à court et à moyen terme».

http://www.tdg.ch/suisse/L-initiative-sur-le-nucleaire-gagnerait-devant-le-peuple/story/31339780