LES ÉTATS-UNIS DEVRAIENT CHERCHER À MODÉRER L’ARSENAL NUCLÉAIRE DE LA CORÉE DU NORD, SELON PERRY

SÉOUL, 02 déc. (Yonhap) — Les négociations américaines avec la Corée du Nord devraient se concentrer sur la modération de son arsenal nucléaire et la transformation du régime en un pays normal moins prompt aux provocations, a déclaré ce mercredi l’ancien secrétaire américain à la défense William Perry.

Perry a fait cette déclaration lors d’une conférence en ligne organisée par l’Institut pour la stratégie de sécurité nationale (INSS) et le Centre pour la sécurité et la coopération internationales (CISAC) de l’université de Stanford, déclarant qu’il serait «mission impossible» d’amener Pyongyang à abandonner ses armes nucléaires.

«Mon premier conseil concernant les futures négociations est que si vous pensez que vous allez les amener à abandonner leurs armes nucléaires, vous entreprenez peut-être une « mission impossible« », a déclaré Perry. «Nous pouvons les amener à restreindre (leur armement nucléaire), à le réduire, à ne pas le brandir et à bien d’autres choses encore, mais je ne crois pas que nous réussirons à leur faire abandonner leur arsenal nucléaire».

Perry a déclaré que le Nord voudra «volontiers» des améliorations économiques mais pas au prix de son arsenal nucléaire.

«Cela ne veut pas dire que nous ne devrions pas négocier. N’importe qui devrait négocier pour modérer un programme nucléaire et leur arsenal, et nous pouvons travailler pour en faire une nation normale afin qu’ils ne ressentent pas le besoin de prendre les mesures qu’ils prennent et qui provoquent les États-Unis, la Corée du Sud et le monde entier», a-t-il déclaré.

Perry a également souligné l’importance du rôle de la Corée du Sud pour aider la Corée du Nord à normaliser ses relations.

« (Nous devrions) travailler à faire de la Corée du Nord une nation plus normale. Cela les mettra en mesure de s’améliorer sur le plan économique. Je pense que la clé de cette évolution est avant tout la Corée du Sud», a-t-il déclaré.

Une téléconférence entre l’Institut pour la stratégie de sécurité nationale (INSS), financé par l’État sud-coréen, et le Centre pour la sécurité et la coopération internationales (CISAC) de l’université de Stanford se tient dans un hôtel de Séoul le 2 décembre 2020.

Perry, qui a été secrétaire à la défense sous l’administration du président Bill Clinton de 1994 à 1997, est connu pour sa proposition de 1999 en faveur d’une résolution en trois étapes sur les armes de destruction massive de la Corée du Nord, le «processus Perry».

Cette proposition prévoyait le gel des programmes nucléaires et de missiles de la Corée du Nord et la normalisation des relations entre Pyongyang et Washington.

Mais l’accord entre le président Clinton et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il s’est effondré lorsque l’administration George W. Bush est entrée en fonction en 2001.

Perry a déclaré qu’il pense que les négociations de 1999 avec Pyongyang ne peuvent pas être «répétées aujourd’hui dans les circonstances différentes».

«C’est une chose de persuader le gouvernement nord-coréen de renoncer à ses ambitions nucléaires s’il n’a jamais développé, construit et testé d’armes nucléaires», a-t-il déclaré. «C’est une autre chose de les amener à accepter de renoncer à un arsenal nucléaire, qu’ils ont et dont ils sont très contents

Par mathieu@yna.co.kr, publié le 02.12.2020 à 18h20

Photo en titre: l’ancien secrétaire américain à la défense William Perry.

https://fr.yna.co.kr/view/AFR20201202002700884