GREENPEACE : LA FUITE DE TRITIUM À WOLSONG EN CORÉE DU SUD, UNE CATASTROPHE D’ORIGINE HUMAINE

Greenpeace pointe du doigt une importante fuite de substances radioactives dont du césium et du tritium sur le site de la centrale nucléaire de Wolsong située à Gyeongju, dans le sud-est de la Corée du Sud.

Selon l’organisation non gouvernementale internationale de protection de l’environnement, il s’agit d’un échec de la politique de sûreté du nucléaire sud-coréen et d’une catastrophe d’origine humaine.

Lors d’une conférence de presse tenue hier en ligne, Greenpeace a reproché à la Commission sur la sûreté et la sécurité nucléaires (NSSC), à Korea Hydro and Nuclear Power (KHNP) et à l’Institut coréen de sûreté nucléaire (KINS) de n’avoir pris aucun dispositif fondamental pour prévenir la fuite radioactive.

Pour rappel, la NSSC a publié le 10 septembre le résultat de sa première enquête sur la fuite de tritium dans le réacteur n°1 de la centrale. Selon cette investigation, le radionucléide a été détecté dans des échantillons de terre et d’eau prélevés près d’une piscine de stockage du combustible usagé.

Greenpeace a appelé les autorités sud-coréennes à prendre des mesures destinées à bloquer la fuite et à élucider les causes de l’accident qui a endommagé la piscine en question.

L’ONG à but non lucratif a ensuite demandé des enquêtes afin de vérifier la sûreté des autres piscines de stockage du combustible usagé dans les réacteurs n°2, n°3 et n°4 et d’informer les riverains sur l’ampleur des dégâts avant de lancer les travaux pour stopper la fuite radioactive dans la région.

Publié le 14 septembre 2021 à 12h49, mis à jour à 13h51

Photo en titre : YONHAP News

http://world.kbs.co.kr/service/news_view.htm?lang=f&Seq_Code=75219