«

»

Juin 04

VIVRE À FANGATAUFA (POLYNÉSIE FRANÇAISE)

fantagaufaVivre à Fangataufa, pendant plus de 11 mois sur cet atoll où 1/3 de tirs aérien ont été effectués soit 250 fois Hiroshima en 4 tirs.

. Rigel le 24/06/66, 125kt, ordonné par de Gaulle malgré une météo défavorable,

. puis la première thermonucléaire « opération Canopus », le 24/08/68 2.6 mégatonnes, . . . puis 2 autres en 1970 dont on ne sait pas grand-chose,

. Dragon 945 kt, le 30/05/70 et

. Orion 72 kt le 02/08/70,

3 ans après peu de personnes savent qu’une base vie a été construite autour d’un « Bunker« , dit Poste d’Enregistrement Avancé (PEA), et aussi un autre « Bunker » Poste Photo Avancé, près de la passe étroite. Personne n’aurait cru que des hommes auraient pu vivre à cet endroit.

Suite à quelques remplacements, je me suis porté volontaire, pour un poste définitif. Il n’y a eu que 4 ou 5 infirmiers sur cette base « vie« , dont tout le monde veut nier l’existence.
Des hommes sur un point 0, 24 heures sur 24, c’est à peine imaginable.
J’ai assisté à la préparation du premier tir souterrain « Achille« , et les 4 derniers aériens.

Pour Achille, voici ce qui s’est passé. La Bombe dit « engin« , est arrivée par DC6 bi, (frêt, passagers) vers 4 heures du matin, dans un petit container en plomb, environ 1.50 X 1.50. C’est un copain Philippe qui l’a déchargée avec un simple Fenwick, puis elle a été conditionnée sur le tarmac dans un autre container blanc d’environ 10 mètres.
Elle est passée devant l’infirmerie quelques temps après, puis enfilée dans le puits 1.20 sur 650 mètres de profondeur cimenté et lissé surement par centrifugation.
Ces containers étaient bardés de câbles, fibres optiques, capteurs, tubulures pour récupérer les gaz, etc.

Le matin du 6 juin 1975, la base a été évacuée, certains par moyens aériens, nord 2501, DC 6, ou Super Frelon pour les militaires du poste aviation.

J’ai embarqué sur un genre de barge, et nous sommes sortis au large de la passe étroite. À l’heure du TRT, (ordre de tir), nous avons été surpris par une grande gerbe d’eau à 400 mètres du puits.
On a cru qu’elle avait explosé dans le lagon, et nous sommes revenus sur zone de suite. Mais c’est bien des années après suite à de nombreuses recherches que j’ai su qu’elle avait « débouché« . Il existe une vidéo et j’ai mesuré cette colonne d’eau 150 X 150, 45 mètres de haut, par rapport au derrick de l’autre forage « Hector », là d’ailleurs personne n’a évacué. C’est une poussée de gaz bien sûr radioactif qui provoque cet effet.

Déjà cet atoll n’aurait jamais dû être habité en permanence. Les civils étaient relevés régulièrement, comme les 2 ou 3 officiers, médecin compris. Nous les petits, avec quelques travailleurs Polynésiens, ont avait pas le choix que de rester.
Pour en revenir à ce dégazage, on aurait dû avoir au moins des masques. Je n’ai jamais vu de dosimètres en 14 mois de zone Moruroa y compris.
Je me bats depuis des années pour que cette base soit reconnue comme lieu de vie, et non campement provisoire, qui eux sont autorisés.

Quand on arrive sur cet atoll on a vite compris où nous avions les pieds, pour ma part. La base, elle était superbe, bien équipée. Brasserie, restaurant, nourriture 5 étoiles, serveurs, et une base nautique.
Pour la baignade, c’était plus entre les bidons, et des ferrailles en tout genre. Pas de poissons, sauf à la passe.
C’était notre petit univers un peu plus privilégié qu’à Moruroa. Ça ne l’a pas été pour ceux qui ont fait les corvées de nettoyage entre les 4 aériens.
Pour être franc, on ne parle jamais d’argent à propos de ces « essais« . Sauf appelés en service long, la solde était plus que bonne, avec la prime atoll, et tout le reste. Mais voilà un jour on paye l’addition.
Il se trouve que 21 maladies ont été classées, pourquoi ? Tout le monde sait que l’exposition au divers rayonnement Alpha, Bêta, et bien sûr Gamma, plus la contamination, par inhalation, ingestion, voire blessures entraine une chute des défenses immunitaires, donc une porte ouverte à bien d’autres pathologies.
J’ai un cancer de la moelle osseuse, une leucémie heureusement chronique et une autre patho non cancéreuse, qui est radio-induite, d’après ma neurologue. Et de plus pas facile à gérer car inguérissable.
Pour finir ce petit article, mon frère était vétéran décédé du cancer à 60 ans. J’ai su, il y a peu de temps, qu’il avait été démobilisé « médical » ???
J’ai fait aussi après mon retour un passage à l’hôpital des armées. Problème sanguin dans le civil, mais les examens militaires, j’ai pas eu le temps de les voir.
« Tout est normal par rapport à votre séjour« . Par rapport ??????
J’ai perdu pas mal de cheveux en rentrant, mais je ne savais pas d’où ça venait, les poils sous les bras s’arrachaient tout seul. Tout a repoussé sauf les dents.
Merci de m’avoir lu.

Article de Jean-Paul Vimare

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vivre-a-fangataufa-193723