Nov 20

CARTE INTERACTIVE: TOUS CONCERNÉS PAR LES RISQUES NUCLÉAIRES

20 Novembre 2017 : alors que de nombreux voyants sont au rouge du côté de la sûreté et de la sécurité des centrales d’EDF et qu’un tiers du parc nucléaire français est en panne ou à l’arrêt, nous sommes plus que jamais tous concernés par le risque nucléaire. En France, nous sommes 66 % à vivre à moins de 75 km d’un réacteur nucléaire. Avec la carte interactive que nous rendons disponible cette semaine, visualisons concrètement le risque nucléaire lié aux 58 réacteurs présents sur notre territoire… et la protection insuffisante dont nous bénéficions.

Pourquoi cette carte ? Comment l’utiliser ?

Quel risque encourons-nous en cas d’accident nucléaire ? Nous mettons aujourd’hui cette carte à disposition afin que nous puissions tous visualiser le risque que nous encourons en cas d’accident nucléaire. Cette carte permet d’identifier les centrales nucléaires qui sont proches de chez nous et de comprendre quelle pourrait être l’étendue de la contamination radioactive en cas de catastrophe de type Tchernobyl ou Fukushima.

En France nous sommes 66 % à vivre à moins de 75 km d’un réacteur nucléaire. Avec cette carte, les habitants de Lyon pourront par exemple constater qu’à peine 40 kilomètres les séparent de la centrale du Bugey. Les habitants de Paris, qui vivent à proximité de la centrale de Nogent-sur-Seine (100 km) pourront de la même façon réaliser que si une catastrophe de type Tchernobyl se produisait dans cette centrale, près de 40 millions de personnes seraient concernées par la contamination radioactive.

Comment utiliser cette carte ?

Pour cela, il suffit de se localiser sur la carte (NDLR : en cliquant sur ce lien ci-contre) en entrant le nom de sa ville ou son code postal pour lancer la simulation. Il est également possible de cliquer directement sur la carte à l’endroit de votre choix pour déclencher la simulation. La carte vous indiquera la centrale nucléaire d’EDF la plus proche de votre lieu de résidence. Elle vous permettra de visualiser l’impact d’un accident nucléaire qui toucherait la centrale en question.

Sur la version actuelle de cette carte, nous avons choisi de faire figurer les 19 centrales nucléaires françaises, exploitées par EDF, ainsi que les 2 centrales nucléaires belges, exploitées par Engie-Electrabel.

Zone PPI trop restreinte : une protection insuffisante

En France, la zone PPI est la zone dans laquelle s’applique le Plan Particulier d’Intervention (PPI). Ce plan comporte l’ensemble des mesures qui doivent être appliquées par le préfet en cas d’accident sur un site nucléaire.

L’impact radiologique (contamination radioactive) de l’accident de Fukushima s’étendait sur un périmètre de plus de 100 km. En ce qui concerne la catastrophe de Tchernobyl, le périmètre était de plus 300 km. La France n’a-t-elle tiré aucune leçon de ces accidents nucléaires ?

Le plan actuel prévoit une zone de…10km. En 2016, S. Royal, alors ministre de l’Environnement, a annoncé le doublement de ces zones (20 km). Cependant, il n’y a pour le moment qu’une circulaire adoptée et pas de décret d’application publié. Le calendrier reste inconnu et Greenpeace tient à souligner qu’un PPI, même élargi à 20 km, reste un PPI trop restreint.

Accident nucléaire : un niveau de risque sans précédent ?

Avec 58 réacteurs nucléaires pour 67 millions d’habitants, la France est de loin le pays le plus nucléarisé au monde, devançant le Japon et les États-Unis. Or, l’état du parc nucléaire français est très préoccupant. Pour rappel, 37 de ces 58 réacteurs sont aujourd’hui touchés par des problèmes d’anomalies. En raison de nombreuses défaillances, 18 de ces réacteurs sont actuellement à l’arrêt, soit près d’un tiers du parc !

À ce problème de sûreté s’ajoutent des défaillances extrêmement inquiétantes en matière de sécurité : les centrales nucléaires françaises et belges, construites à une époque où les menaces n’étaient pas les mêmes, ne sont pas protégées face aux actes de malveillance. Un constat appuyé par un rapport d’experts. Les inquiétudes des experts se focalisent tout particulièrement sur les 58 piscines d’entreposage du combustible nucléaire usé d’EDF, très mal protégées face à ces risques d’attaques extérieures.

La situation financière d’EDF, catastrophique, n’arrange rien : avec des finances plombées par le nucléaire, l’entreprise n’a plus les moyens d’investir dans la maintenance des centrales nucléaires et dans la poursuite de son programme industriel. On est également en droit de se demander comment EDF va faire face aux travaux nécessaires pour sécuriser les piscines d’entreposage du combustible nucléaire usé.

Résultat ? En 40 ans, le risque d’accident nucléaire n’a peut-être jamais été aussi important…

Pour lire la suite de l’article et visualiser les cartes, cliquer sur :

https://www.greenpeace.fr/carte-sommes-concernes-risques-nucleaires/