LE CONSEILLER DE MOON APPELLE À UN «SOMMET A SIX SUR LA SÉCURITÉ» POUR DISCUTER DE LA QUESTION NUCLÉAIRE NORD-CORÉENNE

SÉOUL, 04 sept. (Yonhap) — Un conseiller spécial pour la sécurité du président Moon Jae-in a suggéré ce vendredi de relancer les pourparlers à six sur le programme nucléaire de la Corée du Nord sous la forme d’un sommet à six, affirmant que la question n’est pas seulement une affaire entre Washington et Pyongyang.

Moon Chung-in, conseiller spécial pour les affaires diplomatiques et de sécurité, a fait cette remarque lors d’un forum sur la sécurité organisé par l’Institut coréen pour l’unification nationale, soulignant l’importance d’une «approche verticale» dans les efforts pour résoudre la question.

«Nous devons revoir les pourparlers à six qui ont échoué par le passé et devons organiser un « sommet à six sur la sécurité » afin que les dirigeants puissent discuter de la question de la sécurité et parvenir à un accord sur la sécurité commune», a-t-il déclaré.

«De cette façon, nous pourrons résoudre la question nucléaire nord-coréenne et réaliser une sécurité coopérative», a-t-il ajouté.

Moon a souligné que «la question nucléaire nord-coréenne ne peut pas être simplement résolue en améliorant les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord comme l’a affirmé Pyongyang» et a appelé à une réunion des dirigeants de six pays : les deux Corées, les États-Unis, la Chine, le Japon et la Russie.

Moon a déclaré que les États-Unis sont bien conscients qu’ils peuvent apporter à Pyongyang la sécurité du régime ou un allègement des sanctions, mais qu’ils ne peuvent pas fournir un soutien économique ou énergétique. Il a ajouté que la coopération d’autres pays, comme la Chine et le Japon, est nécessaire dans ces domaines.

Les négociations nucléaires entre Washington et Pyongyang sont toujours au point mort après que le sommet de Hanoï, début 2019, entre les deux dirigeants se soit terminé sans accord. Les deux parties étaient très éloignées sur la question de savoir jusqu’où Pyongyang devrait se dénucléariser pour que Washington puisse offrir des concessions.

Les pourparlers à six, impliquant les deux Corées, les États-Unis, la Chine, la Russie et le Japon, ont commencé en 2003, mais n’ont pas eu lieu depuis 2008.

Par mathieu@yna.co.kr, publié le 04.09.2020 à 21h14

https://fr.yna.co.kr/view/AFR20200904003100884