EN MANQUE DE STRATÉGIE, LA FRANCE PROLONGE LA VIE DE VIEUX RÉACTEURS NUCLÉAIRES

La décision, annoncée le 25 février, de permettre la poursuite de fonctionnement de vieilles centrales nucléaires françaises coûtera beaucoup d’argent et n’est qu’une solution à court terme, prévient un journaliste allemand.

Elles étaient prévues pour durer 40 ans. Mais les vieilles centrales nucléaires françaises pourront être exploitées bien plus longtemps. C’est l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui a ouvert la voie, jeudi 25 février, à ce que les plus vieux réacteurs puissent continuer à fonctionner. 32 centrales, dont certaines ont été raccordées au réseau dans les années 80, sont concernées. Leur durée de vie, à condition qu’EDF réalise des travaux pour améliorer leur sûreté, pourrait atteindre les 50 ans.

Cette décision, quoique attendue, est critiquée par la presse outre-Rhin. Dans le pays en voie de dénucléarisation qu’est l’Allemagne, le quotidien frontalier Saarbrücker Zeitung voit en elle la preuve que la France manque de stratégie énergétique. “Et donc, la France investit maintenant beaucoup d’argent dans des centrales nucléaires souvent en mauvais état. La question est de savoir si Paris n’aurait pas plutôt intérêt à investir ces milliards dans le développement de sources d’énergie alternatives. Car si l’électricité fournie par les centrales nucléaires est bon marché, il ne s’agit pas d’une technologie d’avenir.”

Les pannes

Sur le plan énergétique, le président de la République n’est pas à une contradiction près, estime le journaliste : “Macron, qui, sur la scène internationale, aime à se présenter comme un pionnier en matière de protection de l’environnement, se comporte là en nationaliste pragmatique. Le pays est fier de son indépendance – en particulier dans le secteur de l’énergie. Or, il y a longtemps que cette vision des choses ne correspond plus à la réalité.”

Car comme ses voisins, l’Hexagone est de plus en plus souvent contraint d’importer de l’électricité pour éviter la saturation de son réseau. Et les pannes qui surviennent dans les vieux réacteurs n’arrangent rien, explique le quotidien. Prolonger leur durée de vie ne résoudra pas le problème à long terme.

Source : Saarbrücker Zeitung (Sarrebruck)

Publié le 26/02/2021 à 12h23

Photo en titre : La centrale nucléaire du Bugey, photo prise le 11 août 2003, près d’Ambérieu-en-Bugey. Photo / PASCAL GEORGE / AFP.

www.saarbruecker-zeitung.de/