RADON DANS LA NIÈVRE : L’AUTORITÉ DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE AMPLIFIE SA VEILLE SUR CE GAZ RADIOACTIF NATUREL

Le radon est un gaz radioactif inodore et incolore, issu de la désintégration de l’uranium et du radium présent naturellement dans le sol des régions granitiques comme le Morvan.

Depuis 2018, la réglementation s’est renforcée. Le seuil toléré, pour la concentration de radon dans l’air, est passé de 400 becquerels par mètre cube à 300 Bq/m3. Les établissements recevant du public (ERP) – comme les écoles – sont tenus de faire un diagnostic et, le cas échéant, d’entreprendre des travaux pour limiter la pollution de l’air intérieur par le radon.

Huit questions sur le radon, ce gaz radioactif naturel présent dans la Nièvre, dangereux si on l’ignore

L’Autorité de sûreté nucléaire y veille. En 2021, « nous avons fait deux inspections, aux thermes de Saint-Honoré-les-Bains et au conseil départemental de Saône-et-Loire qui gère notamment l’ensemble des collèges », détaille Marc Champion, chef de division à l’ASN à Dijon. Dans les deux cas, « le diagnostic du radon a bien été fait et des actions de remédiation engagées », là où la concentration dépassait le seuil de référence.

Renforcer la sensibilisation de tous au radon

L’une des priorités de l’ASN pour l’avenir : renforcer la sensibilisation de tous au radon dans le cadre d’une action commune avec l’Agence régionale de santé (ARS), la Dreets et la Dreal. Les entreprises, en particulier, doivent intégrer ce paramètre dans le document d’évaluation des risques pour réaliser, si nécessaire, des actions de réduction du risque (amélioration de l’étanchéité du bâtiment, de la ventilation).

« Nos inspections montrent que cette réglementation est encore peu connue des chefs d’entreprise, y compris dans les zones fortement impactées », relève Marc Champion. Or les mesures du radon, réalisées depuis 2004 dans les ERP, révèlent qu’un établissement sur quatre, dans notre région, présente des concentrations en radon élevées ; il n’y a pas de raisons qu’il en soit autrement dans les entreprises, souligne-t-il.

« Nous incitons tout un chacun à faire un dépistage du radon dans l’habitat »

D’ailleurs, « nous incitons tout un chacun à faire un dépistage du radon dans l’habitat », poursuit Marc Champion. « Ça peut être fait par soi-même. On trouve des kits de mesure sur internet. Le kit et le dépouillement des résultats coûtent une centaine d’euros. Mais, si une commune souhaite organiser une action de dépistage sur l’ensemble de son périmètre, des aides d’État existent », avec la fourniture – gratuite – de dosimètres.

Plusieurs communes, essentiellement dans le Doubs, ont procédé – sous l’impulsion de l’ARS – à des relevés systématiques, en 2021. L’ARS et l’ASN aimeraient que cela se généralise. Car, selon les statistiques de l’ASN, chez les particuliers, « on trouve un niveau de radon élevé dans 25 % des contrôles ».

Le radon est un gaz radioactif inodore et incolore, issu de la désintégration de l’uranium et du radium présent naturellement dans le sol des régions granitiques comme le Morvan. À l’air libre, la quantité de radon gazeux est minime et inoffensive. Cependant, dans des lieux confinés, le radon peut s’accumuler pour atteindre des concentrations potentiellement nocives en cas d’exposition prolongée. Méconnu de la population française, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon, après le tabac et devant l’amiante.

Le problème du radon nous concernant tous, nous vous conseillons de lire également :

Environnement Radon : quel est ce gaz radioactif qui tue 3.000 personnes par an ? Quel est le risque dans votre commune ?

Environnement Huit questions sur le radon, ce gaz radioactif naturel présent dans la Nièvre, dangereux si on l’ignore

Publié le 03/07/2022 à 09h00

Photo en titre : Le dosimètre est un instrument permettant de mesurer ou d’évaluer une dose radioactive. Photo d’archives

https://www.lejdc.fr/saint-honore-les-bains-58360/actualites/radon-dans-la-nievre-lautorite-de-surete-nucleaire-amplifie-sa-veille-sur-ce-gaz-radioactif-naturel_14152525/

NDLR : Pour information, en 2009, l’Organisation mondiale de la santé a recommandé un niveau de référence de 100 Bq/m3, et dans tous les cas de rester en deçà de 300 Bq/m3. Ce n’est qu’en 2018 que la France a abaissé le seuil de gestion de 400 Bq/m3 à 300 Bq/m3 (9ans de retard !!!). Mais même aujourd’hui, La France, avec ses 300 Bq/m3, n’applique toujours pas la recommandation prudente de 100 Bq/m3!! Cela explique probablement pourquoi il y a chaque année 3 000 décès attribués officiellement au radon !!