Sep 02

SUISSE : LES EMPLOYÉS DU NUCLÉAIRE APPELÉS À LA TRAHISON

Suisse trahisonGreenpeace veut la vérité sur la centrale de Beznau. La justice étant trop lente, l’ONG recherche des lanceurs d’alerte.

Dans une annonce d’une pleine page dans la presse alémanique, les défenseurs de l’environnement ont lancé un appel inédit. Greenpeace appelle les personnes informées, notamment les collaborateurs d’Axpo, à transmettre des documents non-accessibles au public à propos de l’état du réacteur de la centrale nucléaire de Beznau I. Ce dernier est actuellement stoppé, après que des «mini-trous» dans la cuve ont été remarqués.
En toile de fond, une bataille juridique afin d’obtenir un rapport de 1000 pages, rédigé en 2012, sur l’état des installations. S’appuyant sur la loi sur la transparence et soutenu par le préposé fédéral à la protection des données, Greenpeace en a demandé une copie, mais n’a obtenu que 50 pages caviardées.

L’affaire a été portée devant le Tribunal administratif fédéral, mais l’ONG craint que le réacteur ne redémarre avant qu’il ne se prononce. «Le public doit connaître la vérité avant, afin de pouvoir réagir si besoin» argumente son porte-parole Mathias Schlegel. Quitte à passer par des moyens qui flirtent avec la légalité. «Nous ferons tout pour que les informateurs restent anonymes. Mais nous ne pouvons pas garantir qu’il ne leur arrivera rien. A défaut, ils auront droit à notre soutien le cas échéant», poursuit-il. Les données seront analysées par des spécialistes et peut-être publiées: «Nous nous assurerons toutefois qu’aucune information mettant en danger la sécurité de Beznau ne soit divulguée.» Le but ultime de Greenpeace est l’arrêt définitif de la centrale mise en service en 1969. Ses 47 ans font d’elle la plus ancienne encore en activité au monde.

Contacté, l’exploitant de la centrale, Axpo, considère cet appel comme «une plaisanterie», écrit sa porte-parole Monika Müller. «Nous avons confiance en nos employés, ils savent ce qu’ils doivent faire», poursuit-elle. L’entreprise n’a toutefois pas souhaité dire ce qu’il arriverait, si l’un d’eux brisait le sceau de la confidentialité. Concernant les reproches d’opacité, le fournisseur d’électricité invoque le secret des affaires et précise que toutes les données nécessaires sont disponibles sur le site de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire.

Le physicien et ex-conseiller national vert Christian Van Singer (VD) soutient l’initiative de Greenpeace: «Si un danger existe, il est légitime et souhaitable que les informations sortent, même si le procédé n’est pas légal», souligne-t-il. Selon lui, on devrait féliciter les gens qui ont le courage de divulguer des données confidentielles et non les punir…

Lire la suite de l’article sur : http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/30244748