Oct 09

IRAN: PEINE DE PRISON POUR UN NÉGOCIATEUR IRANO-CANADIEN DU TRAITÉ NUCLÉAIRE

IranL’Autorité judiciaire iranienne a annoncé dimanche la condamnation à cinq ans de prison ferme d’un Irano-Canadien membre de l’équipe ayant négocié pour Téhéran le traité sur le nucléaire iranien signé en juillet 2015.

« M. Abdolrasoul Dorri Esfahani […] fait partie d’un groupe de personnes accusées d’espionnage et de fourniture de renseignements à des étrangers et il avait des liens avec deux services secrets » étrangers, a déclaré le porte-parole de l’Autorité judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejeï..

Il a été « condamné à cinq ans de prison, et ce verdict est sans appel », a ajouté M. Ejeï, indiquant que M. Dorri Esfahani était visé par une autre enquête, pour « corruption ».

Selon plusieurs médias iraniens, M. Dorri Esfahani aurait également la nationalité britannique. Il aurait participé aux négociations ayant débouché sur l’accord de juillet 2015 comme expert des questions bancaires et aurait ensuite fait partie de l’organisme iranien chargé de surveiller la bonne application de ce traité.

Dorri Esfahani avait été arrêté en août 2016 après avoir été mis en cause par plusieurs sites internet et députés conservateurs l’ayant accusé d’espionner au profit de la Grande-Bretagne.

Le ministre des Renseignements, Mahmoud Alavi, avait rejeté catégoriquement ces accusations en octobre 2016, mais l’affaire judiciaire avait suivi son cours jusqu’à la condamnation de l’expert à cinq ans de prison en première instance, à une date non précisée.

L’accord sur le nucléaire iranien a été signé en juillet 2015 à Vienne entre Téhéran et le groupe des Six (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie).

Mis en péril par le président américain Donald Trump, qui menace d’en retirer son pays, ce traité a ouvert la voie à une suspension des sanctions économiques internationales contre l’Iran en échange de garanties offertes par Téhéran pour rassurer la communauté internationale sur le caractère pacifique de son programme nucléaire.

L’Iran ne reconnaît pas la double nationalité, ce qui prive les Iraniens titulaires d’une autre nationalité de la protection consulaire de leur deuxième pays.

http://www.45enord.ca/2017/10/iran-peine-de-prison-pour-un-negociateur-irano-canadien-du-traite-nucleaire/