Nov 24

HULOT DÉCLENCHE DES « RÉACTIONS EN CHAÎNE DES OPPOSANTS À CIGÉO… »

Coordination Bure Stop

La prise de position officielle de Nicolas Hulot sur le dossier Cigéo a fait l’effet d’une bombe dans les rangs des opposants au projet : « Nicolas Hulot s’enlise dans le bourbier nucléaire et renie ses engagements. Après avoir différé à 2035 la réduction à 50 % de la production électronucléaire, il déclare sa préférence pour l’enfouissement et Cigéo : À défaut de sortie du nucléaire, ne faut-il pas sa sortie en urgence du gouvernement ? », a martelé la Coordination Bure Stop non sans ironiser : « L’ancien présentateur d’émission télévisée qui a parcouru la planète pour la sauver n’en est plus à une compromission près, au nom d’un principe de réalité totalement absurde. La filière électronucléaire, État dans l’État, doit être sauvée, coûte que coûte. Et peu importe que la population et les générations à venir en fassent les frais… »

CEDRA

Le collectif contre l’enfouissement des déchets radioactif (CEDRA) a également réagi vivement aux annonces du ministre : « Ouf ! Nicolas Hulot n’est plus mutique. Mais il est devenu aveugle et sourd », illustrant son propos par un document remontant « au 9 octobre 2016, où Nicolas Hulot se faisait photographier tout sourire à Guichen en Ille-et-Vilaine, avec le panneau “Cigéo ; je dis NON”. Le CEDRA rappelle que « la consultation du public organisée par l’ASN sur son projet d’avis quant au dossier d’options de sûreté de Cigéo », mettait en évidence des résultats sans appels : une grande partie des participants n’ont absolument pas confiance et réalisent que non, le stockage ne se ferait pas dans des conditions de sécurité absolue. Or, Nicolas Hulot précisait en juillet 2017 que cet élément serait déterminant ! »

Sortir du nucléaire

Même indignation du Réseau Sortir du Nucléaire : « Défendant l’indéfendable, Nicolas Hulot enterre son éthique avec les déchets. Jusqu’où reculera-t-il devant le lobby nucléaire ? Nicolas Hulot en est venu à défendre un projet auquel il s’opposait voici encore quelques années. Ce nouveau reniement, qui fait suite à son renoncement sur l’échéance de réduction de la part du nucléaire, est insupportable ».

Diana André

Tous les grands élus meusiens ne sont pas des promoteurs du projet Cigéo. Loin s’en faut. À l’image de la conseillère régionale et ex-référente départementale de LREM, Diana André. Tout en reconnaissant que ce dossier a été « entériné par Hollande et Royal », elle se démarque volontiers sur les réseaux sociaux : « Ce n’est pas pour autant que j’adhère ou que j’ai adhéré à cette décision », balayant du revers de la main « la notion de récupérabilité, dont on sait qu’elle est impossible. »

L’élue barisienne fustige dans un même mouvement « le GIP qui déverse ses millions sur des critères discutables, pas tous relevant du développement économique et loin s’en faut. Ailleurs, à la Région Grand Est par exemple, on considère que la Meuse a une grande chance de disposer d’une telle manne ! Les politiques du cru, élus depuis des dizaines d’années, sont responsables de cette gabegie ».

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2017/11/24/reactions-en-chaine-des-opposants