Nov 30

«LA CORÉE DU NORD EXAGÈRE SOUVENT MAIS MENT RAREMENT»

Trois questions à François Heisbourg, président du Geneva Center for Security Policy (GSCP) et conseiller à la Fondation pour la recherche stratégique à Paris, sur l’avancement du programme nucléaire nord-coréen

Le Temps: La Corée du Nord est-elle désormais capable de frapper avec l’arme nucléaire la plupart des pays du monde, comme le claironne Pyongyang?

François Heisbourg: Ces deux dernières années, les Nord-Coréens ont effectué un grand bond en avant grâce à des nouveaux moteurs installés sur leurs missiles balistiques. Les deux derniers tirs, dont celui de ce mardi 28 novembre, avaient une portée théorique de plus de 10 000 kilomètres. Ces moteurs, de conception soviétique, proviennent probablement d’Ukraine ou de Russie, d’où ils ont été acheminés clandestinement. Les Nord-Coréens ont ainsi gagné plusieurs années dans le développement de leur programme balistique.

Que manque-t-il encore à la Corée du Nord pour acquérir la dissuasion nucléaire?

Il lui manque peut-être la précision nécessaire, bien que celle-ci soit à relativiser s’agissant d’armes nucléaires. Il faut, en revanche, que le missile résiste à l’entrée dans l’atmosphère. Avec ce dernier tir, j’ai été frappé par la trajectoire parabolique haute de plus de 4000 kilomètres. Le missile est donc redescendu d’autant plus vite. S’il ne s’est pas désintégré, cela veut dire qu’il était très résistant. Je n’ai pas d’indication précise sur ce point. Mais la Corée du Nord exagère souvent mais ment rarement. La miniaturisation de l’ogive nucléaire est moins importante pour les missiles intercontinentaux, car il s’agit d’engins très grands qui peuvent contenir une lourde charge. C’est davantage un défi pour les missiles de plus courte portée.

Quand est-ce que le régime nord-coréen rentrera définitivement dans le club des puissances nucléaires?

Je dirais en 2018. C’est plus tôt que ce qui était anticipé il y a un an. La plupart des experts évoquaient auparavant le seuil de 2020. Dans les mois qui viennent, je ne serais pas surpris que les Nord-Coréens procèdent à un nouvel essai de bombe H, bien plus puissante qu’une bombe atomique classique. Ils ont fait un essai souterrain d’une bombe thermonucléaire le 3 septembre dernier. Ils ont sans doute été eux-mêmes surpris par la puissance de l’explosion, vu les importants glissements de terrain qui se sont produits sur les flancs d’une montagne. Un nouvel essai leur permettrait de mieux maîtriser le processus.

https://www.letemps.ch/monde/2017/11/29/coree-nord-exagere-souvent-ment-rarement

Lire également: «Missiles: l’Ukraine dément avoir aidé la Corée du Nord»